La maisonnette

C’est une maison minuscule
Un éclat de coquille ouvert à tous les vents
Avec un tout petit balcon pour fumer
De préférence du mauvais tabac pour éloigner les prédateurs
Si vous voulez venir, il vous faudra vous hisser à cette échelle d’herbes
De brindilles
Faire attention à ne pas tomber
Vous faire tout petit
Parmi les lichens,
Et les mousses
De temps en temps passent les amis d’autrefois
Parfois, ils ont les bras chargés de cadeaux, de bibelots,
De vieilles photos jaunies
Cherchent un petit moment, bah, pas longtemps,
La maisonnette blanche
Qu’ils ne voient pas
Haussent des épaules,
Se disent
Bossman nous a encore joué un vilain tour !
Puis s’en vont
En oubliant
Un vieux mouchoir en papier

2 replies on “La maisonnette”

  1. va bene sobac dit :

    c’est une maisonnette éloignée de tout mais n’y manque rien surtout pas de chaleur humaine

  2. Éclaircie dit :

    J’aime beaucoup cette simplicité dans l’expression, qui met en valeur la profondeur des images et donc du propos.
    J’ai coutume de beaucoup parler de « mon tilleul » ; le faisant, je penserai à cette « maisonnette ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.