LA MORT AUX TROUSSES

Le souffle court, la mort aux trousses

Et mes pantoufles trouées qui ripent

Je prends la fuite et je l’évite

Le molosse est aux abois, mon cœur va flancher

180 pulsations, je suis dans le rouge

En apnée, la cage thoracique calcinée

Me voila devenir loque, je suffoque

Et ce putain de chien, je vais finir sur les rotules

Je traverse la route, manque de me faire écraser

Crie connard, tu vois pas que je suis en danger

Je lutte, fouille dans mes poches, mes pilules

Amphet’ qui font immédiatement de l’effet

J’en profite pour gerber, le danger est passé

.

Je marche, il fait nuit noire et des ombres bizarres

Je frissonne, au loin des cloches carillonnent

Atteindre ce village, pas rester chez les sauvages

Mes yeux se ferment un énorme coup de barre

Ma volonté m’abandonne, devant moi tout papillonne

Ça y est ils m’ont retrouvés, je suis soulevé

Ils m’emportent chez eux, je vais finir cuisiné

Je mijote, les épices me font saliver

Et tous ces réducteurs de tête me fixent

Ils salivent et implorent leur dieu pour ce sacrifice

Rituel païen, je suis spectateur en apesanteur

Un violent orage explose, le ciel vengeur

J’ouvre les yeux, mes draps sont trempés de sueur

.

J’ai froid, je me mets en boule, je claque des dents

J’ose pas me lever, j’attends quelques instants

Quel cauchemar, et pourtant je suis vivant

Maintenant j’ai les yeux bien ouverts

J’écoute les bruits de la nuit, et la lueur du réverbère

Perce les rideaux légèrement entrouverts

Mon réveil indique 3 plombes du mat

J’allume une clope, je me détends

Je me remémore cette aventure, quel trauma

Demain j’irais voir le psy, un ami

Va me décrypter tout ça, pas de soucis

Va me dire de moins forcer sur le whisky

Tu passeras de meilleures nuits

Je me rendors, une belle brune me rassure

3 replies on “LA MORT AUX TROUSSES”

  1. Bossman dit :

    Tout cela sent le vécu ! Moi, je ne m’aventure jamais dehors la nuit si je ne suis pas équipé de ma boîte de médicaments.

  2. So-Back dit :

    le slam c’est un peu de vérité un peu d’imaginaire, des assonances et un langage sans fioritures sans contraintes

    merci

  3. Éclaircie dit :

    Je le verrai bien à la une, ce poème, entre le slam et le slam, des assonances, des rimes,
    bref, je suis scotchée !

    Fainéante en plus de rêveuse, je copie/colle mon commentaire, en attendant de m’initier aussi au slam.
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.