Jalousie

Jalousie 

Dans ses cheveux le vent s’affole.

Ensorceleur, le soleil l’enveloppe d’une auréole

dorée.

Ses longues jambes fuselées

tricotent sous la mini-jupe,

allègrement, à vos côtés.

Ses mains, telles deux hirondelles,

autour de ses propos voltigent,

rangent une mèche rebelle.

Peau d’ambre, ongles nacrés…

.

Ne lui dites pas qu’elle est belle !

.

Avez-vous vu ses reins cambrés,

sa démarche de souveraine,

son allure affranchie, sereine,

quand sous le top de dentelle

un sein

pointe vers vous son arrogance,

vous faisant perdre contenance ?

Avez-vous vu son frais sourire,

ses dents

à croquer le printemps,

son regard

faussement candide

voilant une âme torride

où se sont brûlés ses amants ?

.

Quelques œillades, en passant,

vous montrent l’envie de certains.

Votre vanité vous harcèle.

.

Je vous hais.

.

Ne lui dites pas qu’elle est belle…

Elle le sait !

Frangine

7 replies on “Jalousie”

  1. 4Z2A84 dit :

    Un beau portrait d’une belle femme. Son arrogance ne me fait pas fuir. Au contraire.
    A qui attribuer ce « Je vous hais » ?
    Citer deux strophes de Baudelaire me paraît indispensable :
    « …
    Je sais qu’il est des yeux, des plus mélancoliques,
    Qui ne recèlent point de secrets précieux;
    Beaux écrins sans joyaux, médaillons sans reliques,
    Plus vides, plus profonds que vous-mêmes, ô Cieux !

    Mais ne suffit-il pas que tu sois l’apparence,
    Pour réjouir un coeur qui fuit la vérité ?
    Qu’importe ta bêtise ou ton indifférence ?
    Masque ou décor, salut ! J’adore ta beauté. »

  2. Frangine dit :

    Je crois que mon écrit n’est pas assez explicite, vu ta question, 4Z.
    Je me suis mise à la place d’une femme « très ordinaire » qui voit passer un couple dont la femme est « très jolie ».
    Je m’adresse à cet homme, en pensée seulement, bien sûr, et je lui dis « je vous hais » sous-entendu « de l’avoir choisie, elle, et pas moi ». D’où le titre, jalousie.
    Dieu merci, je n’ai jamais eu ce tempérament, mais cela doit bien exister !

  3. eclaircie dit :

    Je viens de lire ton poème, Frangine et les explications que tu en donnes, quelques détails pouvaient nous indiquer le chemin de lecture, cependant, le portrait de cette beauté prime sur cette « voix off » , l’or et le sein mis en lumière plus particulièrement nous dévoile l’attention de l’observatrice, c’est vrai que la beauté subjugue à en rendre jaloux parfois, sans doute.

  4. 4Z2A84 dit :

    Merci Frangine. Il est vrai que je ne suis pas toujours un lecteur très attentif. Je n’ai vu que cette belle femme, rien d’autre. (C’est de ta faute ! Tu en fais en effet un portrait qui trouble le faible mâle…).
    Dois-je ajouter des banalités telles que : « La beauté « intérieure » compte autant, davantage, sinon plus que… »  » La jalousie est un vilain défaut ». Comme ici il faut reconnaître que banalité rime avec vérité, je m’y résous.

  5. tequila dit :

    hummm!! la beauté intérieure!! ça me fait bien rire car aujourd’hui tout le monde s’en tape!!

    moi je suis pour bruler vives toutes les femmes plus belles que moi et je vous garanti un barbecue géant qui fera le tour de la planete!!!

    cette description rend gourmand même une femme!

  6. 4Z2A84 dit :

    Non, aujourd’hui tout le monde ne se « tape » pas de la beauté « intérieure ». Et même, pour le plupart des individus, cela compte beaucoup. Mais voilà : certains d’entre nous voient tout en noir, on dit qu’ils sont négatifs, d’autres tout en rose, des esprits positifs. Un équilibre existe entre les deux. Etre excessif est une facilité.

  7. 4Z2A84 dit :

    …pour LA plupart…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.