Don Juan (à Maurice Nadeau) – André Fréderique

J’ai connu la décervelée d’Étampes
qui savait compter jusqu’à trois
la borgne de Paimpol
et la boiteuse de Pithiviers
qui a renoncé à la marche à pied

la bleue du Chili
qui déteint à l’eau de pluie

J’ai eu la femme tire-lire
la femme tronc la femme chien

la femme aux mains d’ébène
la femme en fer qui ne rouille pas

Lolita perroquet des îles
moitié oiseau moitié renard

la femme pendule
qui mourut par la femme canon
de sa bouche issaient les obus
qui renversèrent notre amour

la reine de Broadway
avec ses deux bouches peintes
l’orthopédiste aux dents d’alcool
qui crachait des fleurs de néant

l’amazone hagarde
qui traverse vingt centimètres de plomb

la femme aux yeux de porcelaine
qui pleurait des perles du japon
l’aveugle aux yeux de marcassite

femmes combien vous défilâtes
à mon gré

femme poisson aux seins coupés
femme aux seins superposés
femme aux seins remplacés
par des poignées
combien je vis des exotiques

et vous presque femmes
animaux équivoques
marchant dans vos traînes fragiles
sur des sabots d’argent
la salée du Portugal
dont la bouche est un miel
mais qui pique au réveil

la fripée de Rotterdam
qui sait si bien se cacher
sous les draps
qu’on la cherche dans les plis

la calcinée de Draguignan
qui brûle tous les plastrons
quand on l’embrasse

l’explosive des Dolomites
qui ne sert qu’à vous réveiller en sursaut

l’orpheline du Canada
qui enterre sa mère tous les jeudis

la femme aux crochets
et la femme viande abattue
qui pourrit dans votre lit
si on ne lui donne pas d’argent

la créancière la marginale
la petite sœur des morts
la noyée
des mers des mares et des bassins

la hollandaise flottante
la retournable
la fiduciaire
la en vrac
l’écorchée de Bagdad
la moribonde
la Souabe
la Souasse

mais c’est toi que j’aime
ô la suivante.

 

 

 

 

    

 

5 replies on “Don Juan (à Maurice Nadeau) – André Fréderique”

  1. 4Z2A84 dit :

    Des inventions en veux-tu en voilà dans ce texte désopilant d’un poète qui choisit de mourir à l’âge de 42 ans. On aimerait trouver ses oeuvres en librairie. Mais les éditeurs préfèrent imprimer les souvenirs des célébrités dont les médias nous bassinent.

  2. eclaircie dit :

    Alors merci du partage, Téquila, pour l’éclat de rire et pour amener 4Z à nous donner toutes les précisions qu’il connaît. Jusqu’à présent, on te retrouve assez bien dans tes choix de poèmes, j’espère aussi te lire bientôt (en solo)

  3. 4Z2A84 dit :

    J’unis ma voix à celle d’Eclaircie pour te réclamer, Tequila, un texte de Toi, un poème qui sorte de ton coeur, de ta cervelle ou de tes tripes ! (Il est interdit de rire).

  4. tequila dit :

    de mon coeur? not possible, rien ne sort à part des jets de sang soumis à la pression systolique du ventricule

  5. Phoenixs dit :

    Curieux voyage au cœur de la « viande » féminine…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.