Le baiser du brouillard

Le baiser du brouillard,

 

Te voilà au milieu de l’eau

Le soleil voilé de mystère

A nager en sens inconnu

Quelque part que tu connais pourtant

Les arbres sont avalés sans bruit

Dans l’avancée étrange de la brume

Qui emporte le décor familier de tes escapades

Il paraît que les masses changeantes ont nourri le vague

De ce sfumato

Au baiser traversant qui te dissout

 

Des pensées vagabondent

Leur paletot désuet négligemment jeté sur une épaule

Les poètes lessivent mon cerveau encombré

Avec de grands seaux de fleurs colorées

Qu’ils jettent à travers les barreaux épais

De toutes nos prisons de morale ou d’acier

Au murmure du printemps enroulé sur les branches

Répondent le roucoulement timide de la lune

Et les vers appris par cœur d’un simple rêveur.

 

Le soleil est venu me débusquer

À peine sortie d’un dernier songe

Il ne tolère pas que la lune n’ait reçu aucun message

Et lui témoigne sa contrariété et son silence

Portant toutes les phrases étaient tapies

Sous les paupières du dernier arbre de l’allée

Mais personne n’a su trouver l’entrée du chemin

Ni marcher plus loin que l’ombre de la tour

Et nul ne sait non plus que j’ai déchiffré

L’itinéraire le plus improbable

Pour rejoindre la voix douce et claire

Lancée par-delà les rivières intimidées

 

Devant le sable dont les rêves sont tissus

Dune et lit pour l’icône endormie coopèrent.

Astres soyez moins seuls parmi la multitude

D’astres jetés en vrac au-dessus de nos têtes

Ne tournez plus vers nous vos yeux alambiqués

Auxquels nos yeux chargés des lueurs de l’esprit

Croient répondre avec tact et selon l’étiquette

En lançant des regards langoureux et sans prix

Vers les constellations d’où vous communiquez.

À force de creuser les fous font la conquête

Du ciel – le coq qui s’y cache ils l’ont débusqué.

 

Par, dans l’ordre de sortie du brouillard :

Phoenixs, Élisa, Éclaircie et 4Z2A84

Un grand merci à Phoenixs pour le titre et à 4 z qui a franchi la distance par courrier postal.

3 replies on “Le baiser du brouillard”

  1. Elisa-R dit :

    La lecture de ces vers dissipe le brouillard et laisse le champ libre au soleil revigoré.

  2. phoenixs dit :

    Sous le paletot jeté sur les épaules de la lune, on entend les prisons s’ouvrir pour libérer les mots qui s’acharnent à donner un sens à cet immense brume qui nous enveloppe.

  3. Éclaircie dit :

    Le brouillard n’est là que pour protéger les rêves et les rêveurs, les astres et les constellations, la toile et son décor vaporeux.
    4z me charge de vous (nous) souhaiter un éternel printemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.