Printemps à l’école.

Un poème d’André Dhôtel.
.
«Le printemps d’or. Regardez
les cimes naissantes
des peupliers éperdus
dans la jeune giboulée.
.
Un enfant allait au collège.
Un chien traversait la place
et les grêlons couraient
sur les pavés de l’aurore.
.
La plaisanterie entrera partout
jusque dans les salles d’études
où les livres éclateront
semant des fleurs d’imprimerie
sans aucun sens désormais.
.
Les pensées latines et mathématiques
se seront enfuies dans la plaine
pour se déguiser en oiseaux,
en vieux pneus, en fontaines,
en musaraignes à l’œil fin
et en belettes méchantes. »
.
André Dhôtel (1900-1991) « La Vie Passagère » (1978).
.

2 replies on “Printemps à l’école.”

  1. 4Z2A84 dit :

    En prose aussi, André Dhôtel est un enchanteur. Lire ses nombreux romans et y trouver…le Bonheur – tout simplement.

  2. Éclaircie dit :

    Un beau poème pour clore ce printemps. Un appel à l’école buissonnière ? Ou à la fête du printemps.
    Savoir ouvrir les yeux, laisser son cœur d’enfant prolonger la joie de cette saison.

Répondre à 4Z2A84 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.