Vagabondages (dans l’échancrure du jour)

Quand on ouvre les volets de la maison, on ne sait jamais qui va entrer par l’échancrure des rideaux…

Ça peut être une odeur d’océan, qui viendra mouiller votre regard et vous emmènera courir sur le sable de votre imagination.

Ça peut être un chant d’oiseau qui percera le gris que le soleil boudeur a déposé sur votre jour.

Ça peut être une cigale échappée d’un souvenir qui vient chercher un peu de chaleur dans votre espoir.

Quelquefois, ce n’est que le vent qui vous rapporte le parfum que vous avez oublié sur le bas côté d’un rêve, quand vous aviez le coeur ailleurs…

Et, quand vous aurez fait le plein de vous-même, il faut vite refermer les volets, et garder prudemment toutes ses richesses,  au secret, avec les envies d’enfance.

Paul de Glécy ©Vagabondages

3 replies on “Vagabondages (dans l’échancrure du jour)”

  1. Éclaircie dit :

    Court, efficace, comme un rire d’enfant qui traverserait le temps et la fenêtre ouverte. Avec pour nous adultes, cette volupté d’entrevoir cette « échancrure ».

  2. 4Z2A84 dit :

    Entrant par la fenêtre
    Un enfant vient de naître

  3. OulRa dit :

    Vos judicieux conseils sont de la trempe de ce qu’ils conseillent : des p’tits bonheurs.
    Savoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.