Contre-fugue

 

Tenue en laisse grise

tressée par des chaussées

la paroisse remue

le bout de son clocher

.

Est-ce le jarret de la grand-rue

que mord le jour bourru

Est-ce tordu l’orgue du vent

qui joue dans ce vallon

.

L’eau m’a-t-on dit dévore les ombrelles

M’attend sous l’ombre celle

qu’éteint mon regard sombre

.

Où est-elle

.

Les marteaux gloussent dans les resserres

Les poules qu’ils ferrent sabotent la menthe

Assurément les saisons mentent

N’y venez pas ou à pas lents

.

Alors à la faveur des fièvres

nous nous croiserons peut-être

un ballet sur les lèvres

de poussières pénitentes

.

Sur l’herbe haute et myope

qui tisse ses collets

traquant deux ou trois lièvres

pour de vieilles querelles

aussi vrai que possible

agitez vos oreilles

.

Entendrez-vous peut-être

l’étang polyglotte

raconter les fritures d’antan

l’huile fabuleuse des cinq noix

N’écoutez pas la rivière vous dire

que les arbres s’ennuient

bien qu’ils s’y noient

la nuit

7 replies on “Contre-fugue”

  1. Éclaircie dit :

    L’oreille est en éveil pour saisir toutes les nuances de cette « Contre-fugue ». Bravo !

  2. Orgue-rouge dit :

    Merci à tous…euh…surtout à Eclaircie.

  3. 4Z2A84 dit :

    Un texte inventif et souriant. On ne l’épuise pas en une seule lecture. On y revient comme dans une bonne auberge. Bravo !

  4. oulRa dit :

    On se laisse prendre.
     »
    N’écoutez pas la rivière vous dire
    que les arbres s’ennuient
    bien qu’ils s’y noient
    la nuit
     »
    Et surprendre…
    Des régals de contre-pieds (en taille 42 fillette!)

  5. Orgue-rouge dit :

    4Z2A84,
    L’auberge reste ouverte jusqu’au dernier mot.
    Bon appétit!

    oulRa,
    « On se laisse prendre »
    Merci de m’y faire penser. Je dois aller dans l’herbe relever les collets.

    Merci à vous deux.

  6. Elisa Romain dit :

    Un regard particulier, original. Les mots, même étrangement associés, continuent de transmettre les messages confiés. J’aime cette écriture qui sort certain(e)s lecteurs(trices) de leur torpeur. (Evidemment, je parle de moi).
    J’ai envie de vous dire merci pour tout cela .

  7. Orgue-rouge dit :

    C’est je crois, Elisa Romain, le monde qui est particulièrement original.
    Merci beaucoup pour ce commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.