Au fil de soi

Gerbes  de lumière

Lianes élancées

Herbes folles

De toutes les explorations

Au fond du blanc de la toile

Une tâche de soleil

Un jet de lapis-lazuli

Une traînée de vert espoir

En marge de la peinture

Tout est brassé en délicatesse

Et pour libérer le mouvement

Contre toute inertie

Un débordement rouge sang

 

Comme un déchirement palpable

Un sentiment d’enracinement

Le regard dans sa force d’abstraction

Délivrance de l’être

Vers l’épure

Le cœur renaît

Tout passe ou tout lasse

Par la porte des émotions

Etre de l’autre côté de la rive

Entendre le battement fou

 

La ramure s’épanouit

Et s’ouvre à l’immensité du ciel

Dessiller l’œil saturé

Noyé dans les rapides

Sous les grands arbres qui frémissent

Il n’y a pas de mauvais rêves

 

Là où tout s’offre à bout portant de l’âme

Quand tout blesse encore à fleur de peau

La douce envie de semer germe…

 

9 réponses sur “Au fil de soi”

  1. éclaircie dit :

    Un paysage de couleurs contrastées, reflet de soi-même, où les germes reposent sur un sol peut-être blessé mais nourricier pour croître .
    Ravie de te lire ici, bienvenue.

    • Kiproko dit :

      Belle éclaircie lorsque les maux me ramènent aux mots et que par eux je retrouve les traces des poètes « disparus » comme des douceurs retrouvés…Quel heureux hasard de me retrouver là ce jour…

      Espace bruissant de vols
      Entre deux feuillages
      Entre deux nuages

      François Cheng

  2. 4Z2A84 dit :

    Il me semble que l’une des missions de la poésie est de se rendre insaisissable.
    Ceci afin que nous puissions lire et relire ses produits sans jamais les épuiser et en y trouvant à chaque lecture de nouveaux sujets d’émerveillement. Ce sentiment je l’éprouve notamment pour la plupart des compositions d’Eclaircie. « Au fil de soi » le fait resurgir : c’est dire combien les univers qu’il suggère m’ont touché. Ces univers – intérieurs – participent à la fois du rêve ou de la rêverie et de la conscience. Comme souvent chez Eclaircie, un peintre (l’auteure ?) hante les rivages du poème et les couleurs qu’il délivre éclatent et disparaissent tour à tour comme une lampe qui s’allume par intermittence. « La ramure s’épanouit / Et s’ouvre à l’immensité du ciel /Dessiller l’oeil saturé /Noyé dans les rapides/Sous les grands arbres qui frémissent /Il n’y a pas de mauvais rêves » offre de belles images et une invitation à l’exploration de son âme ou de son esprit.

    • Kiproko dit :

      Comme j’aime cette émulation poétique……..
      La poésie, c’est un peu comme un arbre planté…sans être présomptueuse !
      qui devient feuillu, feuillu…
      L’immobilité de nos mots, c’est cela que nous offre en cadeau les lecteurs !
      J’arrive un peu tard ici, mille excuses à tous !

      C’est là et nulle part ailleurs
      Sur une terre ceinturée par les vents
      Que les premiers mots discutèrent d’un problème d’eau
      et d’une place au soleil
      Vénus Khoury-Ghata

  3. Phoenixs dit :

    Le vent rapporte les mots à l’essentiel.

    • Kiproko dit :

      Je dépose un panier d’oranges et une corbeille de raisin pour vous ici…juste pour le plaisir de vous avoir retrouvée…
      Vous savez bien que la poésie c’est un peu comme la béatitude…Moi, je le sais car je le tiens de vous !
      Z’avez toujours le même encrier, Madame ?

      Ô poésie,
      cordes et serpents
      des émotions assoupies
      entre la margelle et le puits

      Hawad

  4. Elisa-R dit :

    Belle entrée en Poésie Fertile ! Soyez ici la bienvenue, chère Kiproko.

    • Kiproko dit :

      Belle entrée, je ne sais pas mais la sortie sans panache….!!!
      Vos mots sans écho alors que chaque passage de vous est un joli lieu de résonance…

      Le plaisir de retrouver votre poésie ici, c’est un peu tout cela à la fois :

      D’un instant à l’autre,
      L’éclair va passer,
      La foudre va passer,
      La campagne est pleine
      De frayeur, d’attente.
      Un tourterelle rappelle
      Les anciens oracles.

      François Cheng

Répondre à Phoenixs Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.