N’entre pas doucement dans cette bonne nuit

Tentative de traduction d’une très célèbre villanelle, ‘Do not go gentle into that good night’, de Dylan Thomas (1914-1953). Il m’a donné énormément de difficultés, celui-ci; je vous prie d’être brutales/aux avec vos critiques, généreuses/eux avec vos suggestions d’amélioration:

N’entre pas doucement dans cette bonne nuit:
L’âge doit s’embraser, râler en fin de jour;
Rage, rage, lorsque la lumière s’enfuit.

Les savants, à leur fin sachant que tout s’ensuit,
Leurs mots n’ayant pas fait d’éclair, quand vient leur tour
N’entrent pas doucement dans cette bonne nuit.

Enfin tombée la houle, les braves qui crient
Que leurs actes n’ont pas assez brillé au bourg,
Ragent, ragent, lorsque la lumière s’enfuit.

Les sauvages, qui célébraient le soleil pris
En plein vol, voyant tard qu’ils pleurent son retour,
N’entrent pas doucement dans cette bonne nuit.

Les sérieux, vers leur mort apprenant, éblouis,
Que l’oeil peut, même aveugle, reluire d’amour,
Ragent, ragent, lorsque la lumière s’enfuit.

Maintenant, du puy morne, mon père, maudis-,
Bénis-moi de tes cuisantes larmes tout court.
N’entre pas doucement dans cette bonne nuit.
Rage, rage, lorsque la lumière s’enfuit.

Do Not Go Gentle Into That Good Night

Do not go gentle into that good night,
Old age should burn and rave at close of day;
Rage, rage against the dying of the light.

Though wise men at their end know dark is right,
Because their words had forked no lightning, they
Do not go gentle into that good night.

Good men, the last wave by, crying how bright
Their frail deeds might have danced in a green bay,
Rage, rage against the dying of the light.

Wild men who caught and sang the sun in flight,
And learn, too late, they grieve it on its way,
Do not go gentle into that good night.

Grave men, near death, who see with blinding sight
Blind eyes could blaze like meteors and be gay,
Rage, rage against the dying of the light.

And you, my father, there on the sad height,
Curse, bless, me now with your fierce tears, I pray.
Do not go gentle into that good night.
Rage, rage against the dying of the light.

10 replies on “N’entre pas doucement dans cette bonne nuit”

  1. Bossman dit :

    Merci Yvain pour cette traduction de Dylan Thomas. C’est l’un de mes poètes préférés. Mais c’est surtout pour ses nouvelles que je l’apprécie. J’aimerais revenir sur ta traduction dès que j’aurai le temps. Y a-t-il un contexte dans lequel ce texte a été écrit ?

    • Yvains dit :

      Merci, Bossman.

      Apocryphalement, on a dit qu’il s’agirait de la réaction de Dylan Thomas à la mort de son père – mais puisque le poème a été écrit en 1947 (publié en 1951), bien avant la mort du père (1952), cela paraît peu probable. Dylan Thomas a été toujours préoccupé par l’idée de la mort.

  2. Bossman dit :

    A priori, j’aurais plutôt vu : « Ne passe pas doucement cette bonne nuit »

    Comme on dit « Passer une bonne nuit »

    • Yvains dit :

      Merci, Bossman!

      Pour une fois, je crois que je ne suis pas d’accord. Bien sûr, ‘bonne nuit’, c’est une référence à l’habitude de se le dire, à la fin du jour – mais il s’agit surtout de la traversée de la vie à la mort, et ‘bonne’ c’est ici un peu d’humour noir. Il ne s’agit pas du tout de passer une bonne nuit, mais de faire un passage sans possibilité de retour.

      • Yvains dit :

        En court, Thomas dit que la mort nous attend tous, et qu’on a tous de forts regrets, vers la fin – mais qu’il faut, non pas s’y soumettre passivement, sinon fort râler là-contre.

  3. va bene sobac dit :

    entrer dans la nuit , correspond à entrer dans le noir dans le rien dans le néant
    passer une bonne nuit serait dans ce contexte une étape pour l’après, et donc de la bienveillance par rapport a son père

    en tout cas bonne interpretation pour cette traduction

  4. Éclaircie dit :

    Je passe lire, pas grand chose à dire, si ce n’est les paradoxes entre ces passages de la lumière à la nuit précédés, il me semble, de râles mais aussi d’un petite lueur du côté des sérieux (ils sont « éblouis »).
    Bien incapable de suggestion, je trouve juste la traduction peu fluide en Français, pas trop naturelle, mais le sujet n’est ni fluide ni vraiment « harmonieux ». (et je ne maitrise aucune langue étrangère, du tout).
    Merci du partage.

    • Yvains dit :

      En fait, le langage de l’original n’est pas fluide non plus. À mon idée (et quoique le poème est très célèbre), il ne s’agit pas d’un poème qui brille partout, sinon de deux vers très sonores, très évocateurs, qui sont un peu ‘échafaudés’ par le reste.

Répondre à va bene sobac Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.