Conversations de Nuit – Prologue

Au commencement, il y avait une ville. Une ville informe, avec des rues sans nom et des passants sans visage. Mais voilà que cette informité déplut au créateur de toutes choses qui résolut de couper la ville en deux. Il la fit traverser par le grand fleuve noir qui sépare aujourd’hui la ville haute de la ville basse et infligea aux hommes une profonde blessure, afin qu’ils pussent naître.

La ville haute est une acropole dorée accrochée aux cieux, un assemblage d’arches, de colonnes, des rosiers et de cèdres. La ville basse est celle des anciens faubourgs, une vaste étendue de hangars et d’usines, d’arbustes rachitiques, de terrains vagues où poussent çà et là des herbes folles, un méli-mélo de rues flouées de trous d’eau, d’huile, d’essence et des miasmes d’une humanité à l’abandon.

Lascive, la ville basse s’étale à l’embouchure du grand fleuve noir, laissant traîner le long de ses flancs les bandes enfantines des jours buissonniers, quelques vieillards assoiffés de jour et les hommes et femmes désœuvrés des jours chômés. Le fleuve monte vers la ville haute. (Il y monte bien plus qu’il n’en descend. Par cascades successives. Franchit les ponts. Fait voler une écume dorée pour la déposer sur le pavé sale des ruelles et sur les manteaux gris des pigeons). Pendant les jours de canicule, les deux villes s’élèvent identiques comme deux mains décharnées vers le ciel, se font miroirs l’une de l’autre, répondent à des horizons symétriques ayant perdu depuis longtemps l’attrait d’un ailleurs. La ville haute brille alors par ses façades néocoloniales et ses moulures couvertes de faïences bleues, d’ornements grotesques et de soupirs d’anges ivres. En contrebas, la ville basse offre un tableau flou – sans ordre ni harmonie, relique de l’informité originelle, sauf peut-être la distribution étrange de minuscules fenêtres sur les murailles antiques. Mais parfois, l’aboiement des chiens et le vent aidant, les deux villes tanguent, se décrochent, les toits de tuiles roses forment des rouleaux menaçants.

Autrefois, dit Un, j’étais préoccupé par mes origines, je voulais savoir quelle vie j’avais vécue. Avant. Avant cette vie-là. Je voulais savoir si j’avais été une statue ? Un portrait ? Si j’avais été cet oiseau étrange au corps de serpent, cette roche lumineuse dérivant dans l’espace ou un religieux dévoyé ? Au fil des années, la question a cessé de m’intéresser. Maintenant, je veux savoir vers quoi je me dirige. Est-ce qu’il y aura une autre vie ? Est-ce que je deviendrai du vide ? Une déchirure du cosmos ? Ou tout simplement le vent sur les grandes herbes des terrains vagues ?

Deux : Tes os iront pourrir dans la noirceur du grand fleuve. On gravera peut-être ton nom sur un monument… si tu as de la chance.

Un : Tu sais bien que les noms s’effacent, même sur les pierres les plus dures. C’est sur l’écume qu’il faut graver son nom.

Tu te réincarneras alors en miroir.

Les miroirs sont des questions vivantes. Tous les matins, droit dans les yeux, je regarderai les puissants et les faibles de ce monde. Je serai leur question : « Et quoi à présent ? »

Un est poète. Un poète aux cheveux mi-long, cigare au coin des lèvres. Un se rase de près. Toujours. Et même après ses nuits blanches, Un semble rasé de près et frais, aussi frais que pourrait l’être une aube naissante sur les reflets du fleuve noir. Seule son haleine exhale la mort. Ses cheveux flottent comme il sied que les cheveux flottent à un poète. Il se pose tout un tas de questions à longueur de nuit, des questions d’enfant auxquelles personne ne répond évidemment jamais, mais qu’une poignée de philosophes et d’intellectuels lisent parce que chacun est d’accord pour dire que Un est un grand poète, un poète exceptionnel, l’enfant chéri du pays.

Deux l’accompagne dans ses questions d’enfant. En tâchant de ne pas y répondre. Et ce jeu de questions sans réponses se joue entre le port de commerce, l’église Sainte-Pitié et le café de la plage. Un questionne les devantures des boutiques, les levers de soleil, les rues vidées par le vent d’ouest. Un questionne la lumière des regards et la complexion des peaux – sans jamais avoir aucune réponse. Deux s’arrange pour prolonger les questions, pour exacerber encore l’insatisfaction de Un et rallume régulièrement le vieux mégot refroidi de son cigare qui, paradoxalement, s’éteint lorsque Un recommence à bouillonner à vide sous l’effet du tabac.

L’acropole et la basse ville déteignent l’une dans l’autre – inéluctablement. Conformément aux règles qui régissent l’univers, les particules de l’une se mêlent aux particules de l’autre, unissant leur teinte en une seule, plus grise et plus sombre. L’invisibilité des habitants des deux villes finit par se refléter l’une dans l’autre. Les bourgeois de la haute ville perdent de leur superbe, leurs belles chemises blanches disparaissent sous la couche de la poussière des jours, sous une peau reptilienne et brillante, la même peau avec laquelle les ouvriers des bas quartier et les jeunes boutiquières recouvrent peu à peu les bleus de leurs rêves. Lorsque la tempête souffle de l’ouest, seuls les marins ne changent pas pour un iota la superbe de leur pas, cette démarche semi-titubante qui anticipe la prochaine vague,  ni la manière de se protéger le visage des embruns. C’est cette égalité d’humeur des marins qui attire Un et Deux vers le port. Et tant que Un et Deux se retrouvent à la terrasse du café de la plage, les marins marchent en titubant et le monde est sauf.

Du moins en apparence, car dans la ville endormie, les fantômes ne sauraient tricher plus longtemps.

Deux est un poète bien plus génial que Un, mais déchu par ses mœurs (que Un croit trop peu conservatrices au goût des éditeurs bien-pensants de l’acropole). Autant Un est leur préféré, le poète à la mine angélique et gâtée, autant Deux est capable de se montrer abjecte, traître et rebelle en toutes choses. (Du moins d’après Un aux yeux des éditeurs conservateurs de la ville haute). Deux joue la moitié de ses pièces qui ne sont pas toujours d’or véritable aux cartes et aux jeux avant d’aller claquer le reste dans les bras des prostituées de la ville basse. Mais Un possède beaucoup plus de pièces d’or que Deux, alors il partage volontiers ses soirées à la terrasse du café de la plage avec Deux, histoire de lui soutirer quelques traits d’inspiration dont il ne manque pas de faire bon usage. Et Un et Deux devisent sur les tours majestueux que leur jouaient autrefois et les lunes et les soleils de leurs plus belles années et les astres qui ne sont jamais revenus. Sur les murs de la ville endormie l’écho noir d’une trompette résonne en boucle dans un ascenseur. Quelqu’un a oublié de libérer le musicien. Il jouera encore bien des heures après que Un et deux se soient quittés et que le soleil se soit levé. Autant dire que l’histoire semble avoir fini avant d’avoir commencé. Et c’est peut-être là tout le chagrin qui animera l’auteur de ce rapport étrange.

Edward MUNCH – Nuit étoilée. 1892.

8 replies on “Conversations de Nuit – Prologue”

  1. Yvains dit :

    « Ses cheveux flottent comme il sied que les cheveux flottent à un poète. » – Ce n’est donc certainement pas moi. 🙂 Je pense que je dois plutôt ressembler à Deux.

    Merci, Bossman, ça m’a bien diverti. 🙂

  2. So-Back dit :

    « Lascive, la ville basse s’étale à l’embouchure du grand fleuve noir, laissant traîner le long de ses flancs les bandes enfantines des jours buissonniers, quelques vieillards assoiffés de jour et les hommes et femmes désœuvrés des jours chômés.  »

    cet aspect de la ville basse reflète bien les différences sociétales

    « C’est cette égalité d’humeur des marins qui attire Un et Deux vers le port. Et tant que Un et Deux se retrouvent à la terrasse du café de la plage, les marins marchent en
    titubant et le monde est sauf. »

    le port l’endroit de tout les fantasmes m’a toujours attiré je me retrouve dans cette ambiance

    en tant que trois je suis dans la ville haute les jours de blancheur éternelle saupoudrée de paillettes d’or
    le rets du temps je suis dans la ville basse étant utopiste convaincu que se laisser vivre est la primeur menant à la sagesse

    j’ai beaucoup aimé ce texte

  3. So-Back dit :

    éconduit il en déduit que cette nuit fût
    un feu de paille au milieu d’un été
    pourtant il aurait tant voulu
    être l’élu celui qui
    est aimé pour
    lui
    la nuit à cela de très cruel
    finesse du scalpel exploit éternel
    le corps cet instrument sait
    l’effort d’être toujours
    premier, mais
    l’aléa

  4. Pascal ROY dit :

    Le soleil est un miroir
    Où se mirent les aveugles

    La nuit, un soleil aveugle
    Où se mirent les désirs

  5. Éclaircie dit :

    C’était la nuit propice…pour que je vienne lire.
    Deux trois bricoles m’ont interpelées :
    « rues flouées de trous d’eau », surprise de trouver ce verbe, en relisant, beaucoup moins. Habile et poétique.
    « une profonde blessure, afin qu’ils pussent naître. » -> fabuleux !
    « Il jouera encore bien des heures après que Un et deux » (fin du texte), il manque la majuscule à Deux. Il me semble.
    En relisant, j’aurais voulu citer le meilleur, mais j’aurais dû tout citer.

    Au delà, voilà un récit poétique des plus riches. Chaque phrase, chaque idée peut s’élargir sur l’univers, sur la création, sur la condition humaine, sur la créativité.
    Il y a ce « café de la plage », cher à l’auteur.
    Prologue ? Quel bonheur d’attendre une suite.

    Et merci pour les commentaires poèmes, So et Toi, Bossman.
    Merci du partage, ici, Bosman, vraiment merci.
    (j’irai lire Nuit 1, ma prochaine nuit propice)

    Et que dire de la toile jointe au texte ? Magique ensemble.

  6. Bossman dit :

    Bonjour Éclaircie, et un grand merci pour ce retour qui m’inspire et m’encourage grandement. À vrai dire, les deux premières nuits ne sont pas tout à fait au point à mes yeux ? Quand j’en serai content, je les publierai sur Poésie Fertile. Merci So-Back, pour tes textes toujours riches de sens (je les relis souvent plusieurs fois).

Répondre à Éclaircie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.