vendanges

Vendanges

Aube rose comme un sorbet.
Frileux dans les espadrilles
Les pieds flirtent avec la rosée.
Les doigts gourds sur le sécateur,
Malhabiles,
Timidement commencent leur danse
Autour des grains couverts de pruine.

Clic et clac et tombent les grappes
Dans le seau encore léger.

Un premier oiseau lance vers le ciel
Son appel au soleil qui monte ;
Une fille alors se met à chanter.
Brumes matinales vite dissipées,
Les violoneuses cigales, de leur crin-crin
Lancinant
Viendront bientôt scier le temps.

Cric et crac et croque la grappe
Coule son jus rafraîchissant.

Midi repos, repas partagé
Sous le chêne denteluré,
Dans les senteurs de la garrigue.
On voit au loin la route ondoyer.

Clic et clac retour vers les grappes
Et le seau de plus en plus lourd.

Dur labeur, penché vers le sol.
La chaleur aidant, le rythme faiblit.
Pour tenir le coup
On plaisante, on rit.
Les garçons de grains barbouillent les filles.
Un essaim d’abeilles au cœur d’une souche :
Récré opportune, cris effarouchés.
Un orvet s’enfuit, chassé par le bruit,
Puis les corps fourbus recourbent l’échine.

Clic et clac les dernières grappes
Rendent le seau vraiment trop lourd.

2 réponses sur “vendanges”

  1. éclaircie dit :

    Belle évocation autour des vignes, pour la vendange, couleur, détail, précision, tout ici, nous fait vivre cette journée, fatigante, mais aussi de partage.

  2. 4Z2A84 dit :

    Un texte vivant et qui donne envie de se trouver parmi les êtres et les choses qu’il évoque. Il y a un réel bonheur dans cette écriture, non seulement parce qu’elle réussit ce qu’elle entreprend, mais parce que ce bonheur est communicatif. La forme et le fond s’épousent; le résultat de cette union se trouve au-delà des mots, dans leur musique et les images qu’ils libèrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.