Mesures et mélodies,

Mesures et mélodies,

FANFARE

Faon-Farona,

Sans se faire prier

Se mit à chanter

Accompagné par ses amis musiciens

Les fanfaristes.

Ils firent une arrivée en grandes pompes.

Il faut dire que ses fans l’attendaient au phare

pour le concert du 14 juillet

qui devait faire grand bruit.

L’orchestre du Soleil

s’est mis à swinguer

Au centre de la Piste, pieds-nus, les circassiens et

Les Trompettes de la Renommée

Se sont mis à danser …

Et c’est à ce moment là

Que de mon lit

Je compris que je venais de rêver

Et, sans crier gare

Je suis propulsée dans

The Réveil en Fanfare

Rythmé , endiablé

Pour bien commencer la journée!

5, 4,3,2 1 Allons Ensemble!

Bienvenue dans cette journée toute belle qui s’annonce

Par cette chouette arrivée en fanfare

Où tous les projets démarrent.

***


Au réveil tonitruant

Le faon craint pour son père

Cuivres rutilants

Cors et trompettes guerriers

Estompent la douceur innée de la musique

L’ordre respecté ne peut l’être sans battre la mesure

Scander le thème

Pourtant la harpe attend la lyre

Cordes lissées pour son en arabesque

Violons et violoncelles patientent

Voix proche du pleur ou de la chaleur

De la profondeur des bois

Plus sautillants et légers

La journée sera musique

Loin des tocsins et des hallalis

***

Phare de sons,

Ils jouèrent les soirs creux

Pour le plein de saluts

A dresser face au vent

Contraire

La musique portée blanche

Nuit noire

Baissait les pont-levis

Les meurtrières s’ouvraient

Les donjons paradaient

Ainsi les mailles d’acier

Se firent rideaux de soie

S’en allant jeter à l’horizon

Leur petite musique

De vagabonds…

Trois majorettes en mesure : Marjolaine reine de la partition, Éclaircie maîtresse des hautbois et bibi clé suspendue. La musique habille les absents enchantés.

2 réponses sur “Mesures et mélodies,”

  1. Phoenixs dit :

    Publier le jour de la fête de la musique, on ne pouvait mieux chanter. Il manque les voix d’Élisa, Kiproko et 4Z dont nous ne doutons pas qu’il suit la musique des étoiles.

  2. Éclaircie dit :

    Hihi, majorette ? Oui, je joue le rôle ! Rions en musique.
    Une fanfare pas trop martiale, où se glissent des accords rythmés, des pas de danse et des arabesques, où l’acier devient soie

    Bel orchestre pour enchanter les sens des (plus ou moins) absents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.