Jean-Claude Barbé- Éclairante

Moi Eclairante

Je suis

Fille de l’éclair et de la foudre

Par les nuits d’orage vous me verrez coudre

Mon linceul

Le ciel que je lessive est mon seul

Amour

Regardez-moi tordre les nuages

Pour en extraire le jus

Écoutez-moi chanter les louanges

De la mer qui se met au garde-à-vous

Pour saluer ma couronne et mon sceptre dérisoires

Respirez ma fourrure

dans laquelle se perdent et se heurtent

Les vaisseaux aux ailes de marbre

C’est vrai j’effraie les arbres

Ils se rétractent sous mon regard lubrique

Ils s’envolent à la vue de mes ongles sculptés

Ils deviennent des planches étroites

Entre lesquelles je m’allonge

Pendant l’éternité

Mais l’éternité ne dure que le temps

De presser un citron

Allons

Si l’on doit me voir traire la lune

Que pensera-t-on de moi

Je fais le ménage au paradis

Dieu n’a qu’à bien se tenir

S’il ne veut pas que je l’aspire

Avec la poussière des astres

…extrait du recueil « Des vagues » Poésie 1998-2008

2 réponses sur “Jean-Claude Barbé- Éclairante”

  1. Éclaircie dit :

    Il m’aura fallu deux ans avant de pouvoir rouvrir les recueils de Jean-Claude.
    Le choix du poème « Éclairante » n’est bien sûr pas anodin, il l’avait écrit pour moi.
    Très friand d’alexandrin et de longs poèmes, son oeuvre dans ce registre est grande et belle ; même si je le préférai en libre je piocherai dans ce registre pour partager d’autres de ses magnifiques écrits.
    Je déclare la semaine, « semaine 4z ».

  2. Elisa R dit :

    Bonne idée que cette « semaine 4Z ».
    Dès que se déroule le texte, tout semble intact.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.