Souffle

On l’analyse

Comme le cadavre froid d’un autre temps

L’écoute-t-on ?

Il réconforte d’une caresse le vivant qui doute

Joue avec les enfants

Les pousse, les retient, les décoiffe

Jusqu’aux éclats de rire

Il prévient des dangers qu’il a vus par le monde

S’agace de l’inertie, s’arc-boute contre l’idiotie

En vain

Sa colère se déploie. Jusqu’à la furie.

Puis il redevient ce souffle amical et doux

Qui nous reconnaît.

***
Partir au petit trot

Sur les chaussées nues

Le long des vols d’oiseaux

Ensommeillés

Foulées lentes allongées

Sous l’aile blanche du voyageur

Tu retiens ta vie en buée

Légère sous la force du pas

Qui te pousse…

***

Harpe blottie au creux des forêts

Vent d’est ou du nord tantôt léger tantôt violent

La musique se déploie

Souffle ou vibration

Lorsque l’air s’engouffre ou se faufile

 Dans le sentier caillouteux

Sur les grandes avenues

Le ciel aura le dernier mot bien après l’homme

Essoufflé dans sa boulimie

Quand la lune inspirée toujours caressera la mer

***

Petite bulle d’air

prend son envol

lentement

au rythme de son sculpteur

.

Les bulles de savon

quand à elles

prennent un peu de hauteur

avant de finir

leur course folle

dans les mains de petites filles modèles

qui sentent bon le souffle chaud de la bonté

.

et en cette heure bien avancée

où tout est calme et reposé

après la longue farandole dans la diversité ou l’adversité

il est temps de trinquer au verre de l’amitié

en pensant aux souffleurs de rêves

venus de Biot

qui apportent par leur magie

une pause, un  peu de réconfort et de bol

.

Du premier souffle(ur) de la vie

au dernier râle(ur)

tout est énergie

et tout est permis pour le meilleur et le meilleur

comme on dit si bien:

souffler n’est pas jouer

Alors à présent

respirons, soufflons en pleine conscience

et, tous ensemble, tout simplement vivons jouons chaque instant

pleinement dans un souffle d’or,

tu dors?

***

Par les plumes inspirées :

Élisa, Phoenixs, Éclaircie, Marjolaine

Kiproko à portée de voix et 4Z inspirant, à portée de silence.

Une réponse

  1. Elisa R dit :

    Vous lire, nous lire est une respiration. Kiproko, je l’espère, nous rejoindra vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.