Le miroir des nez rouges,

Sur les gradins de bois
L’enfant écarquille les yeux
Devant les couleurs jouant l’arc-en-ciel
Les nez rouges et les paillettes
Sous le chapiteau
La clameur prend parfois des allures plus sombres
Les grands ont oublié la magie de l’enfance
Des trapézistes et acrobates
Et du jeu pour jouer
Seules les montagnes savent la force des miroirs
****

Comme tout est blanc sur cette place vide !
Il ne faut surtout pas fermer les yeux
Les couleurs se tiennent prêtes à éclater
À se saisir de tout l’espace pour le colorier
Couleurs criardes !
Et le bruit les suivrait
Et la foule dans la foulée
Non ! Il ne faut pas fermer les yeux :
Le ciel serait enseveli par les robes et les pantalons
Des adultes sans oreilles qui hurlent chaque mot
Je redeviendrais toute petite étouffée par le monde
Devrais, encore une fois, me réfugier sous l’oreille d’un éléphant
Ou derrière la crinière d’un pauvre vieux roi sans royaume.
****

Barnum sur mer,

Sous la toile d’attente
L’arène
Le sable sale humide de courses
Perdues
De chutes en rire
D’outrages délicats
Modernes.
Le roi trône Ubu froid
Défait sans cour
Et les nez rouges éperdus
Trébuchent sous les lazzi.
Éternel spectacle des
Mimes ficelés au silence
D’en haut…
****

Sur la grande place
Le chapiteau était dressé
Une voiture bariolée
Munie d’un haut-parleur
Vantant la féerie du cirque
Avait circulé dans toute la ville
Du fabuleux, du sensationnel

Le soir de la première représentation
Monsieur Loyal entrait en scène
Chapeau haut de forme et queue de pie dorée
On ressentait l’excitation des bambins
La joie des grands de redevenir enfants

Après le succès des agiles jongleurs
Enfants de la balle dès le berceau
On annonçait l’éclatante trapéziste
Qui brilla par son absence
Toujours partante pour jouer la fille de l’air
Elle avait plié bagage, pris son envol
Dans une compagnie aérienne

Les clowns n’avaient plus le cœur à rire
Pourquoi faire bonne figure sous le pli de la grimace
Les tartes à la crème n’y changeraient rien
Tout n’était que déconfiture
Ils enlevèrent perruques, nez rouges et autres fanfreluches
Puis sans autres doublures
Disparurent dans un silence sépulcral

Dans les gradins, tout se dégrada très vite
Avec la moue des petits éplorés
Le public scandait « Remboursez »
Monsieur Loyal voulant détourner le fiasco
S’empressa d’annoncer le prochain numéro
Avec son fervent enthousiasme

Mais tout le monde resta ébaubi
Un vieil éléphant…très fatigué !
A la peau fissurée et à l’œil larmoyant
Probablement le doyen du zoo circus
Arriva d’un pas indolent sur la piste
Envoya paître son dresseur
Et dénonça l’illusoire magie
Dans un perçant barrissement

De la piste, une à une les étoiles tombèrent
Entraînant dans leur chute
Les rêves d’apesanteur
Sous l’outrage de l’innocence perdue

****

Sur la Piste aux Étoiles
Je tourne
Je caracole
Je plonge mon regard d’équidé
dans celui du Monde
Et je vois quoi?!

Des Funambules
qui essayent de
danser leur vie

Des Clowns-Musiciens
qui réapprennent
le Rire et l’Émerveillement
aux enfants devenus grands

Des Équilibristes
qui se rattrapent au dernier fil
d’Humanité pour ne pas perdre
leurs rêves

Sous le Chapiteau
les Acrobates
en deux saltos arrière
sont au sommet de la Pyramide
d’Égypte
pour mieux survivre et retomber sur leurs pieds ensuite

Et qu’On soit de
Rome, de Venise
ou d’Ailleurs
L’histoire est à chaque fois
la même et unique à la fois

Pour le Voyageur
que Nous sommes
sur cette Planète
l’espace d’un instant
Tout s’arrête

Excepté peut-être
dans le Massif du Mont-Perdu
au Cirque de Gavarnie
Où un peu de poudre de riz
et de Magie retombent sur la Beauté du Monde
grâce à l’enfant en chacun de nous
qui voit autrement et croit encore que
Tout est Possible
Assurément

Et c’est ainsi qu’c’est reparti pour
Une Danse au Cirque d’Hiver, Plume et
du Soleil « Levant »

Et comme le chante si bien Mouron
 » Tant qu’il y aura des clowns…
On n’oubliera jamais
qu’on vit pour jouer
tant qu’il y aura des clowns »

Ce fut un long temps avant de recevoir tous les forains sur l’esplanade des mots, mais un tour et les voilà sous vos yeux. Bonne lecture. 4Z sur son croissant de lune, sourit en Pierrot.

9 replies on “Le miroir des nez rouges,”

  1. Kiproko dit :

    Bonjour aux plumes fertiles,

    Un joli tour de piste, quelques nez rouges, un trapèze, une veste à carreaux, un dompteur en justaucorps léopard, quelques écuyères….l’ambiance était là, nos regards sur la piste aux étoiles aussi…

  2. kiproko dit :

    Au cirque de Géo Norge

    Et maintenant, Mesdames et Messieurs, nous vous présentons, en grande première mondiale, sans cage, avec son poitrail multicolore et toute sa crinière au vent : le bonheur. (Tambour et musique). Il apparut. C’était vrai, c’était le bonheur. Et de quelle taille ! Comme il n’était pas encore apprivoisé, il se jeta sur le public en rugissant et dévora la plupart des spectateurs.

  3. Kiproko dit :

    Les chiens comédiens de la Foire du Trône de Nicolas Brazier

    Vers la fin de l’empire, une troupe de chiens s’illustra sur le Théâtre du Palais-Royal ; il y avait le jeune premier et la jeune première, le comique, le tyran, le père noble, la soubrette, le corps de ballet, etc. Ces artistes à quatre pattes jouaient un mélodrame émouvant, dont l’héroïne était une jeune princesse russe, enfermée dans un château par un tyran farouche et que son fiancé voulait délivrer.

    La princesse, jolie épagneule à longues soies, se promenait mélancoliquement sur la tour, au pied de laquelle rôdait, langoureux et triste, le prince son fiancé, appartenant à la race des caniches. Tous deux s’aboyaient tendrement leur amour. Le tyran était un affreux bouledogue au gros nez camard. Les troupes du fiancé venaient se ranger sur la scène ; c’étaient des barbets, des lévriers, des bassets avec un clairon qui avait la queue en trompette.

    L’armée ennemie se composait de danois, de chiens anglais de griffons, de roquets, de carlins. Les éclaireurs circulaient furtivement, tenant dans la gueule un bâton avec une lanterne à chaque bout. L’assaut s’exécutait avec furie, et, après des péripéties diverses, la princesse innocente était délivrée et le tyran farouche emmené prisonnier ; avec les honneurs dus à son rang.

    Le spectacle terminé, on donnait un os à ronger au général en chef une pâtée à l’amoureuse et des boulettes à tous les artistes.

  4. Kiproko dit :

    Ce que c’est beau, le cirque de Jacques Audiberti

    Ce soir le cirque vient au village
    On s’amusera.
    Les trapézistes ! Le bel attelage
    De Miss Barbara !
    Ah ! dis ! ce qu’elle est longue
    la trompe de l’éléphant !
    Et, tu parles ! le phoque,
    comment qu’il se défend !
    Regarde ! les couteaux
    qui tombent dans la cible !
    Les acrobates… Tout vole en l’air
    pas possible !
    Et ce nain ! Il a l’air
    D’un géant mal écrit
    Ce que c’est beau le cirque !
    Ce que c’est beau, mon Chéri !

    Le cirque est reparti, laissant un rond dans l’herbe.

    Et puis moi je suis seule et je tourne dedans
    Je tourne comme un vieux cheval. Adieu, superbe,
    adieu vorace instant quand nous marchions ardents.

  5. Kiproko dit :

    Des petits cadeaux de poésie pour vous cinq…

    J’espère que vous les aimerez

  6. Marjolaine dit :

    Magnifique plongée dans l’enfance du Magique!
    Merci les Filles pour votre talent d’écriture qui nous donne à voir à redécouvrir un univers fabuleux et unique à la fois!

  7. kiproko dit :

    Musiciens, bateleurs, enfants, joie de Carlo Betocchi

    Les voici, doux et brunis par le soleil
    les musiciens des rues :
    de leurs guitares, de leurs violes
    ils sèment les accords à tout vent.
    Cela se passait aux heures calmes,
    blanches, dans la douce chaleur méridienne.

    Couverts de joyaux, ruisselants de couleur
    voici les bateleurs : « Nos sauts périlleux sont notre vie et notre mort ;
    que ceux qui nous aiment soient généreux ! »
    Cela se passait au jour tombant,
    au plein de l’été, quand les épis embaument.

    Simples, candides, s’égaillant
    dans les prés moelleux et givrés,
    ils dansent, ils volent, joyeux,
    les enfants en blanches mousselines.
    Cela se passait en avril florissant,
    les sources gémissaient l’air était léger.

  8. Kiproko dit :

    Saltimbanques de Guillaume Apollinaire

    Dans la plaine les baladins
    S’éloignent au long des jardins
    Devant l’huis des auberges grises
    Par les villages sans églises

    Et les enfants s’en vont devant
    Les autres suivent en rêvant
    Chaque arbre fruitier se résigne
    Quand de très loin ils lui font signe

    Ils ont des poids ronds ou carrés
    Des tambours des cerceaux dorés
    L’ours et le singe animaux sages
    Quêtent des sous sur leur passage

    Clown de Werner Renfer

    Je suis le vieux Tourneboule
    Ma main est bleue d’avoir gratté le ciel
    Je suis Barnum, je fais des tours
    Assis sur le trapèze qui voltige
    Aux petits, je raconte des histoires
    Qui dansent au fond de leurs prunelles
    Si vous savez vous servir de vos mains
    Vous attrapez la lune
    Ce n’est pas vrai qu’on ne peut pas la prendre
    Moi je conduis des rivières
    J’ouvre les doigts elles coulent à travers

    Dans la nuit
    Et tous les oiseaux viennent y boire sans bruit
    Les parents redoutent ma présence

    Mais les enfants s’échappent le soir
    Pour venir me voir
    Et mon grand nez de buveur d’étoiles
    Luit comme un miroir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.