Mais que vivent les couleurs, avec vous toutes!

Mais que vivent les couleurs, avec vous toutes!
-Titre d’Elisa-

Oh ! quelles couleurs…
Lumineuse saison pour conjurer la grisaille !

Tournesol souverain
Œil de cyclope NOIR et JAUNE
Foudroyé en plein cœur
Par le roi soleil

Le temps n’a rien à faire
A part donner le bon ton
Sans être GRIS
L’été blond joue sa chanson douce

Une route sinueuse
Entre rigueur graphique du paysage
Camaïeux de VERTS et TERRE DE SIENNE
Palette en clair-obscur

Invitation à la rêverie
Jardin multicolore et transats au long cours
Glycine MAUVE révérencieuse
Jasmin BLANC étoilé et tête dans les nuages

Sous le ciel échevelé BLEU nuit
L’astre ORANGE épicé d’or cuivré
Explose son plein de gaité dans l’océan sombre
Mémoire immergée d’une parenthèse estivale

Plume Bleue Kiproko
~~~~

Mille couleurs défont l’homme,

Il en vit de ces couleurs
Au détour de ses nuits
Les yeux clos délavés noir sur éclairs
La douleur sombre au profond des grisâtres
Le rouge colère des vaincus
Le vert limonade des peurs noctambules
Il en vit et perdit la route des arcs-en-ciel
Qui autorisent le ciel à s’habiller de rêves
Bleus pour les uniformes vivants…
Phoenixs
~~~~

J’ai vu l’arc-en-ciel de nuit
Aux teintes improbables
Quand la lune lui intime
D’éveiller l’eau des rosées
Je sais le bleu des prairies
À l’aube les yeux fermés
Lorsque le vent emporte
Les derniers cris de l’effraie
J’entends le rouge du sang
Palpiter sous la terre
Torrent de mille vies
Mêlant la sève à la sève
Noir et blanc se confondent
S’unissent et fécondent
L’espace entre la nuit et toi

Eclaircie

~~~~

« J’ai l’heur de couler des jours heureux »
Me disait le Pie Vert, peintre de son état, qui part en voyage.
« Toutes les couleurs sont dans la Nature! »

Son ami le Paon lui a tellement conté
La Magie et la beauté des Couleurs
Qui sont telles des fleurs uniques
– Un Rouge-gorge époustouflant, un ciel mer unis dans ce bleu-gris irlandais, ce champs de lavande ou de blés…-
Que je retrouve au moment du départ,
le Pie vert, tout ému et excité à l’idée,
d’explorer le Monde, d’aller à la rencontre de cette Ronde Arc-en-ciel…
Expliquant son projet à la coul’œuvre qui se prélasse au soleil.

Après le verre de l’Amitié, le voilà parti pour son grand périple:
Reprendre le temps de regarder, de redécouvrir la beauté du cœur d’une rose…

Au fond de mon carafon, tout se reflète
Dans l’rond d’eau de lumière
Emotion – Colère, Passion, Vibration-
Sensation – Beauté, Harmonie, Quiétude-
Vision – Liberté, Vivacité, Plénitude-

L’Immensité de la Palette de Dame Nature nous invite à vivre pleinement et sereinement chaque saison, en relation avec la musicalité de l’Univers.
A nous d’Etre cet Attrape-Rêves Couleur de Vie, tout simplement! Alors, vous venez? On part en voyage!

Marjolaine

7 replies on “Mais que vivent les couleurs, avec vous toutes!”

  1. kiproko dit :

    Pour Phoenix…
    Couleurs nimbées d’un doux halo…Oh quelles couleurs !
    Z’avez la main verte pour élever les vers !

    L’oiseau bleu de Blaise Cendrars

    Mon oiseau bleu a le ventre tout bleu
    Sa tête est d’un vert mordoré
    Il a une tache noire sous la gorge
    Ses ailes sont bleues
    avec des touffes de petites plumes jaune doré
    Au bout de la queue il y a
    des traces de vermillon
    Son dos est zébré de noir et de vert
    Il a le bec noir les pattes incarnat
    et deux petits yeux de jais
    Il adore faire trempette,
    se nourrit de bananes et pousse
    Un cri qui ressemble au sifflement
    d’un tout petit jet de vapeur.
    On le nomme le septicolore.

    Kiproko rassasiée

  2. kiproko dit :

    Pour Eclaircie…

    Encre aux mille couleurs sur la page blanche…Oh quelles couleurs !
    Agite encore pour nous ton éventail poétique !

    Deux petits éléphants de Maurice Carême

    C’était deux petits éléphants,
    Deux petits éléphants tout blancs.
    Lorsqu’ils mangeaient de la tomate,
    Ils devenaient tout écarlates.
    Dégustaient-ils un peu d’oseille,
    On les retrouvait vert bouteille.
    Suçaient-ils une mirabelle,
    Ils passaient au jaune de miel.
    On leur donnait alors du lait :
    Ils redevenaient d’un blanc frais.
    Mais on les gava, près d’Angkor,
    Pour le mariage d’un raja,
    D’un grand sachet de poudre d’or.
    Et ils brillèrent, ce jour-là,
    D’un tel éclat que plus jamais,
    Même en buvant des seaux de lait,
    Ils ne redevinrent tout blancs,
    Ces jolis petits éléphants.

    Kiproko et ses amis mots

  3. kiproko dit :

    Pour Marjorie qui a fait le mélange bigarré…Oh quelles couleurs !
    Entre le pic vert et le bleu paon, tu as trouvé ta plume.

    Couleurs de Frederico Garcia Lorca

    Au-dessus de Paris
    la lune est violette.
    Elle devient jaune
    dans les villes mortes.
    Il y a une lune verte
    dans toutes les légendes.
    Lune de toile d’araignée
    et de verrière brisée,
    et par-dessus les déserts
    elle est profonde et sanglante.

    Mais la lune blanche,
    la seule vraie lune,
    brille sur les calmes
    cimetières de villages.

    Kiproko ouverte au vers

  4. kiproko dit :

    Pour Elisa…Ne m’en veux pas si je te dis qu tu es la grande absente…Je n’exprime là que ma frustration à ne pas t’avoir lue…
    Merci pour ton titre qui accueille nos mots !

    La couleur du poème de Jean-Michel Maulpoix

    La couleur du poème dépend de la quantité de lumière
    Qui se réverbère en son encre.
    Elle change au gré de l’heure, de l’âge et de la langue.

    Incolore au commencement, quand il n’est encore qu’une aspiration vague.
    D’un blanc de page vide, il tend vers le gris en rêvant son encre prochaine.
    Aube indécise sur le papier. Tels brouillards ou fumées qui montent.

    C’est pourtant vers le bleu qu’il s’enlève le plus souvent,
    Accroissant son ciel et son eau, entrouvrant sur la page une vague idée d’azur.

    Noir, si rien ne le tire hors de soi, prisonnier qu’il demeure des signes.
    Rouge, quand il accélère, s’enfièvre, circule et bat.
    Or d’étincelle ici et là en son ballet de feuilles mortes.
    Vert en mai devant l’arbre, blanc de décembre sous la neige,
    Mais d’une couleur indistincte quand s’y penche un visage aimé. »

    Kiproko à califourchon sur l’arc-en-ciel

  5. Éclaircie dit :

    Festival de couleurs en poésie, festival de poésie en couleurs, les teintes d’Élisa en filigrane et 4z au large sur son voilier.
    Merci à toi Kiproko pour tous les cadeaux ici, là, et ta présence partout.

    Notre petit nid bruissant est prêt pour affronter les saisons à venir dans toutes ses couleurs.

  6. Phoenixs dit :

    Quelle chatoyance ! Les plumes suivent le sillage argenté des mots, même si Elisa reste au bord de la palette, les pinceaux laisseront pour elle et 4Z des éclats de lumière.
    Plume Bleue nous éventaille, Marjolaine toujours en plein espoir habille les rêves, Eclaircie revient sur les rais glissés de sa campagne lointaine.
    Que le grand coloriste vif nous peigne et nous dépeigne sans taches !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.