Que reste-t-il de la flamme? Maurice Blanchard

(Les barricades mystérieuses)

 

 

Il faut d’abord choisir le point exact d’où l’on doit partir.

Le reste importe peu.
Pas la flèche, mais l’oiseau ! Je suis un oiseau
aveugle au centre de la Terre et je ne puis choisir mon chemin.

Il n’y a pas de chemin.
C’est en allant rechercher mes désirs enfouis que je
me suis perdu. Les arbres s’inclinaient sous la charge
invisible du vent qui passe, les arbres se redressaient,

vainqueurs une fois encore.
La joie était dans les yeux, la joie était dans l’alléluia
du tremble argenté, ce poète de la forêt dont les mains
tour à tour sombres et lumineuses rythment la danse
du devenir, l’innocence retrouvée.

One reply

  1. Éclaircie dit :

    Mes sources
    un blog sur le net, un blog que j’aime visiter.

    http://egfrild.over-blog.com/

    et
    https://www.babelio.com/livres/Blanchard-Les-Barricades-mysterieuses/599770

    (non, je n’ai pas la rigueur d’un 4z et n’ai pas vérifié si les mots étaient bien les mêmes sur les deux sites, je n’y parviens pas, mais si vous remarquez la moindre anomalie, surtout dites le moi.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.