Sur les chemins de lune

Il fait le plus beau jour sur les toits titillés

Par les rayons du phare et la toison du vent

Des ballons flottent dans l’air tiède

Dérangeant leur lecture ondoient des banderoles

On enjambe le fleuve où l’eau gonfle les joues

L’autre rive est squattée par nos clones moqueurs

On y troque un esprit sain contre une aventure

En mer quand le bateau n’y dompte plus les vagues.

Achetez ma mémoire !

Crie le marchand de soupe

J’ai vendu leur vraie vie à des hommes perdus

Dans ce rêve ou chacun croit trouver sa pitance

 

L’automne en son jardin,

 

Sous les feuilles dort le bruit

La folie des rêves tressés

Par des mains fiévreuses de vie

Cette source intarissable qui roule les hommes

Dans la débine

La fin lentement dessine la chute douce

A peine remarquée

Comme déjà bue par la terre sèche

De cette aventure sans lendemain

 

Chaque soir le ciel range ses nuages

L’horizon lointain se déchausse de son mystère

Devient le tapis providence sous lequel on dissimule

Le gris d’une poussière ou d’un jour trop pluvieux

Les maisons fatiguées ferment leurs paupières

Entourent de leurs murs leurs habitants inquiets

Ici la lune convalescente a donné quelques nouvelles

Et les anges aux ailes blanches laissent tomber deux ou trois plumes

Messages de douceur qui apaisent nos peurs

 

L’homme savait être seul

Il ne m’a pas appris

À gravir le sentier sans l’ombre de la lune

Sans ses chants et ses dires

Qu’elle ne confie qu’aux arbres

Jaunissants

Le ruisseau n’a pas reparu

Et les herbes sèches crissent sous le pas

La mémoire de l’eau irrigue d’autres contrées

Dont on ne sait pas encore trouver l’accès

 

 

Cheminent sous la lune

4z dans un extrait d’un poème issu de son recueil « Regards perdus »

Phoenix sur la pointe de l’automne

Élisa auprès des nuages

Éclaircie qui cherche la route

5 replies on “Sur les chemins de lune”

  1. Phoenixs dit :

    Malgré tout, on marche à pas mesurés sur la mémoire vendue par un amnésique, sous une lune en voie de guérison, entre les maisons silencieuses restées debout.
    On cherche peut-être, mais pas tout seul.

  2. josy dit :

    un délice à vous lire!!

  3. Louison dit :

    Comme ces chemins de lune sont beaux et doux.
    J’ai retrouvé par hasard l’éclaircie disparue si subitement dans un ailleurs et qui manque à beaucoup.
    Puisse-t-elle revenir.

  4. Toni Cervantes Martinez dit :

    quelle poésie vraiment !…le beau y coule à merveille en jouant avec les reflets d’une lune éternellement secrète et- – si toujours la même quand différente elle est ou ronde ou pleine ou rousse …et en croissant même pour faire croire au poète qu’elle s’absente – ou se cache assoupie – ou se joue des espaces qui l’entourent
    merci à vous
    toni

  5. Elisa-R dit :

    Josy, Louison, Toni : je découvre vos commentaires à l’instant, et le jour se pare d’une lumière nouvelle : merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *