Partir sans …retour

Partir sans …retour
L’instinct pour la vie

Lorsque les hirondelles s’alignent sur les fils,
En notes mélancoliques, elles entonnent leurs babils ….
Nous sommes au crépuscule précurseur du voyage….

L’eau qui cascade fière entre roches et fleurs
De son nid au sommet, belle de son bonheur,
Salue maître blaireau hirsute grand fouisseur,
Venu laver ses pattes en source de son cœur.

Les gorges raffinées la cajolent d’ardeurs,
L’étreignent de l’amour indicible des terres
Qui s’y fondent amoureuses de ces mill’ fraîcheurs
Distillées, bleu dissout du ciel à coup d’éclairs.

La vallée enroule ses berges en larges aplats,
Moquette son cours de blancs pans drus de galets, …
Prend ses aises, inonde,…rend la vie aux amas,
D’arbres déracinés, partis verts, exilés.

Echapper au tourment du courant qui s’acharne
A partir sans retour pour des futurs sans voix,
Nomades impétueux déracinant leurs carnes
Du corps nourricier qui fit éclore leurs voies.

Devenir saumon-roi, engager le périple,
De mon océan fier vers l’eau claire, maternelle
Du cours de ma rivière natale, source simple
Généreuse de vies poursuivant l’éternel,

Vers le monde que la nature a fait.

Donner la vie
et
mourir en retour

TCM

2 replies on “Partir sans …retour”

  1. Éclaircie dit :

    Ce poème est -il récent ?
    Il dénote à la fois la maturité, le romantisme, la vision aussi réelle qu’idéalisée de la vie.
    J’aime beaucoup.
    Merci toni.

  2. toni cervantès martinez dit :

    pas très ancien mais non récent….2 OU 3 ANS peut-être!….Recueil **Une Chance d’Aimer**

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *