L’Eternel,

L’Eternel,

Regarde-t-il la terre
Les sourcils en éveil?

Sa baguette magique,
En sa pointe, éclairée

D’un éclat lumineux
Vise-t-elle les étoiles?

L’âtre de son logis
Réserve-t-il des âmes

Bien au chaud, pétillantes
Empressées de briller,

D’enluminer le ciel,
D’éclairer le spectacle

Du monde en bas tombé,
Tombé qui bien se meurt?…

Et quand la nuit revient
De sa tristesse, lasse !…

Que l’aube ouvre un œil
Tentée de rire un peu,

La poésie, s’éveille
Et les mots tour à tour

Scintillent en couleurs,
Vibrent en mille(s) étincelles

Qui au pinceau du vent
Accrocheront les cœurs.

L’éternel, barguigneur
Interroge les anges,

Amoureux de la terre,
Instigateurs d’envies…

…Je veux bien m’installer,
Envelopper vos airs,

Vivre dans votre espace
Chanter à l’unisson

Avec vous… partager
Les misères, vos peines,

Les troubles des esprits
Comploteurs des non-sens…
…Avec chacun de vous
Mon énergie suprême,

Les jours gagés dès l’aube,
Les nuits gorgées d’horreur,

Avec vous tous je prie
Pour le bonheur des hommes,

Mais sans vous que serai-je
Sans vous je suis fini!

Toni Cervantès Martinez

7 replies on “L’Eternel,”

  1. Toni Cervantes Martinez dit :

    LUNDI 7 AOÜT 2017
    4Z,je rapporte dans ce commentaire quelques uns de tes mots dont je garde l’ineffaçable couleur

    « étonnants poètes à la sensibilité des brises enchanteresses qui tant et tant de fois vont et viennent …de la rose citadine à l’églantine campagnarde, de la renoncule assoiffée de soleil vers la marguerite hautaine en pétales de pensées, de la violette allanguie au lit de ses mousses coquines, de l’élise à phonix sous l’éclaircie d’un 4Z attentif
    …des mots que des mots en vrac évadés de ma plume radieusement éblouie par l’éloquence de vos esprits attisés

    ******

    à Diego
    4Z.. je viens de relire ton commentaire
    …je suis revenu à la lecture de mon poème en ce matin un peu gris à l’orée de mon bois joli
    …un esprit m’a quitté et, il s’en va habillé des bonheurs épars de sa vie *fleurée* de belles amours pour les siens
    …Béa le guide sur le chemin vers notre ciel imagé de nuances claires, teinté d’instants beaux et tendres aux couleurs de sa passion pour l’homme, de sa reconnaissance pour dame Nature….
    …. sur la digue de l’étang, près de la cabane, l’aubépine aura refleuri pour son ultime  » salut D….  »
    5 Octobre 2016
    *******
    4Z…comment imaginer que tu ne commenteras pas ce modeste écrit que je viens de publier en ce jour pour toi mon ami
    Les choses de la vie s’affichent toujours trop tôt, et, injustement trop tôt , elles effacent d’un coup des attentions qu’espéraient tant de coeurs amis sincères aimants.

    Toni Cervantès Martinez

  2. Éclaircie dit :

    Je reviendrai lire ton commentaire, je n’ai lu ce matin que le texte, mais j’ai vraiment envie de te félicier et de te dire, que ce poème colle si bien à l’idée que tu as de JCB-4Z avec aussi toutes les préoccupations qui te sont personnelles (peinture, nature, l’âme et l’esprit).
    Ainsi sans aucune allusion à la valeur poétique intrinsèque, je te dis, bravo, merci.
    Tu me touches énormément, je n’en suis pas surprise et très, très émue (on ne se refait pas).

  3. toni cervantès martinez dit :

    …sans même se voir, on se regarde Claire …car l’esprit habite l’individu, et, sans même le regard des yeux la communication céleste joue de ses caprices qu’elle active vers les coeurs ouverts à l’attention bonnement aimante des choses de la Vie
    4Z m’a souvent troublé par sa superbe maturité **d’écriveur** de l’âme

    merci d’être tellement émue par ma **tellement trop excessive sensibilité**
    A+
    toni

  4. Hélène Barbé dit :

    Bonjour,

    Je suis Hélène, la fille de Jean-Claude, plus connu ici sous le pseudo de 4Z. Sachez que ma maman et moi continuons à vous suivre de loin et sommes particulièrement touchées par les mots justes et bienveillantes de votre communauté, à laquelle mon père était très attaché.
    Nous allons tenter de continuer à faire vivre son oeuvre monumentale et la faire découvrir à celles et ceux qui le souhaitent.
    Je ne m’intéressais que peu à la poésie de mon papa, en revanche nous avions la passion commune du cinéma et de l’écriture de pièces de théâtre.
    Il m’a transmis le goût du cynisme et de l’absurde, je tente de transmettre, à mon tour, cet esprit si caustique, à ma fille, Aube.
    J’aimais infiniment mon papa, mais pas seulement en tant que père. Je l’aurai aimé autant s’il ne l’avait pas été, tant il était drôle et spirituel. Je ne garde avec moi que des souvenirs rieurs, fantasques.
    Rassurez-vous, il n’est pas loin….

  5. Éclaircie dit :

    bonjour Hélène,
    Merci vraiment de votre passage.

  6. Éclaircie dit :

    Ou plutôt d’avoir laissé une trace d’un de vos passages…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *