Jean-Claude BARBÉ (24 avril 1944—14 juillet 2017)

D’un cahier d’hommage rendu par la femme, la fille et la petite fille du poète :

Faux départ

 

 

Je mourais. Je croyais mourir sous une étoile

Ma vie me chassait d’elle à coups de parapluie

Je vivais dans l’attente d’un jour très rare

Je regardais courir et se perdre mon sang

Sur les marches d’un escalier sonore

Vers la porte de communication avec la mer

Les flots sombres gargouillaient sur le seuil

Les chiens flairaient l’orage à travers la brume

Et j’étais mort depuis longtemps lorsque l’éclair

Réveillait les murs endormis la pierre usée

Les maisons sans mémoire et les puits dont l’eau pleure

Mais déjà le soleil prenait de la hauteur

Semblable à une fleur il éclairerait bientôt ma case

Je survivrais au pire et mon cœur réparé

Imposerait son rythme à l’éclosion du monde

 

 

One reply

  1. Éclaircie dit :

    Au sujet de Jean-Claude Barbé, connu ici sous le pseudo de 4Z2A84, je vous invite à découvrir deux articles du blog de Pierre Vandrepote (un ami de jeunesse de Jean-Claude) sous ces liens :
    http://pierrevandrepote.blogspot.fr/2017/07/jean-claude-barbe-poete.html
    http://pierrevandrepote.blogspot.fr/2016/10/jean-claude-barbe-laventure-inconnue.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *