Marée

Dans nos mains des bouches inconnues
Aux lèvres rouges et charnues
Murmurent des sentences
Qui se balancent
Aux branches sombres des pendus
Le temps se prend pour un coucou
Gorge de bois serrée par une boucle
Il vole si haut que presque fondue
Sa mèche vacillante tombe évanouie
Au mur discret se tient un clou
Que nulle ambition ne nourrit
Ni ne détruit
*
Les portes fermées à triple tour
Ne résistent pas au charme du vent.
Sans même hurler pour ébranler la placidité des murs
Il obtient qu’elles s’ouvrent, claquent, se dégondent
Et s’enfuient, s’entassant dans les greniers
Que les architectes n’ont pas dessinés
Au somment des tours.
Les mémoires enfermées dans les celliers ou les cerveaux
Palissent et se mêlent aux toiles décolorées
Par l’absence du soleil et de la lune,
Partis tous deux loin des éléments qui contrarient
Leurs amours ancestrales.
*

Le jardin créole,

Tu vis dans un lieu
Où scintille l’orange
Corail de tes fleurs
Sous la feuille géante
Taillée en parasol
Tu flânes homme apaisé
Entre la douceur
Et le chant aux murs
Ici tout meurt
Là-bas tout rit
*
Vous vous enveloppez dans vos draps
Pour ne plus voir le soleil briser les vitres
Mais de la rue montent les cris des marchands de soupe
Impossible de fermer l’œil le seul à enregistrer
Le spectacle de la ville en effervescence
Vous promenez cet œil en laisse
Dans les parcs où les statues rêvent
De détrôner l’homme et d’occuper sa place
Au sommet de la tour de cinquante étages
Le P.D.G. reçoit sur rendez-vous
Les fantômes avec lesquels vous partagez vos nuits
Et votre lit à marée haute
*
Un ZEPHE particulier, sur le fil de l’attente et du souffle retenu. Phoenixs, Eclaircie et moi-même jouons aux fil-de-féristes. 4Z, en attendant un signe de toi, j’ai choisi ce poème parmi tes compositions, j’espère que cela te conviendra.

2 réponses sur “Marée”

  1. Éclaircie dit :

    Marée d’ici, marée d’ailleurs, des chants lointains ou plus proches et connus, les fantômes n’en sont pas vraiment, les souffles aux lèvres murmurent et les tours avec ou sans grenier savent qu rien ne peut détourner les voix.

  2. phoenixs dit :

    4Z est-il prisonnier des portes fermées à triple tour ? Les fantômes au fil de l’encre sortent de nos mémoires mais où vont-ils en ces temps très troublés que l’écriture même ne parvient pas à éclairer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.