Une maille aux olives une maille en apesanteur…

*
Le chemin des scarabées,

Nous allons serrés entre soi
Dos luisants au soleil de notre intérêt
Occupés à trier les sables
Les épines les cailloux empêcheurs
De jouir en rond
Ni méchants ni bons
Nous sommes sourires en fleurs
Tant que l’eau du vase n’empoisonne pas
Le bouquet du décor
Tombal

*

Le toit s’envole
Toutes les tuiles
Toutes les cartes
La reine de cœur me manque déjà
Elle et moi nous prenions le large
Et le large nous entraînait bien loin de notre chambre
Dans un pays dont vous ne trouveriez le nom sur aucune carte
S’il vous arrivait de chercher de l’or
Sous le chapeau orange du bolet
La reine préfère s’envelopper de draps tièdes
Les valets rient de la voir cultiver dans ses cheveux des bleuets
Et donner naissance à des poissons rouges
Quand elle éternue
Moi en attendant je tricote
Une maille aux olives une maille en apesanteur…
*

Les roues dentées de l’engrenage
Mastiquent  mastiquent couleurs et papier
Broient l’encre à la source de l’équilibre
Et le pantin que d’invisibles cordes ont lâché
Devient petit tas de sciures dans un coin sombre
De l’atelier déserté par les murmures
Que vents et flammes surgissent
Nés du dernier orage ou de la colère du cyclope
Dont l’œil distingue les seuls contrastes éblouissants
Mais avide de nous connaître
Tous les signes enfin de l’infime au plus grand
Se dresseront comme épitaphe sur pierre tombale

*
Au début il n’y avait que ces humains d’un autre monde
Qui servent toujours – pourquoi tout jeter tout de suite ?-
Problème à régler alibi pour ne rien voir
Puis la lune si calme ne chanta ni ne bougea
Posée elle avait effacé ses visages et reflétait le presque vide
Car y subsistait comme flottant sur une mer morte
Le portrait animé d’une jeune femme livide et belle
Faisant face avec effroi à une tranche de jambon multicolore
Comme elle aurait affronté le reflet d’ un miroir d’outre-tombe
*
Sans concertation préalable quatre esprits voyageurs ont pu cependant se croiser : ceux de Phoenixs, 4Z, Eclaircie et moi-même. Merci à 4Z pour le titre de l’ensemble .

3 réponses sur “Une maille aux olives une maille en apesanteur…”

  1. phoenixs dit :

    J’ai bien reconnu 4Z qui tricote des olives pendant qu’Eclaircie ramasse le pantin en poudre et qu’Elisa essaye toujours de rendre son humanité à l’homme.
    Nous avons voyagé entre vie et mort aux couleurs du temps dans lequel nous flottons pour éviter de couler.
    Les petits scarabées sont une réponse au « copinage  » de circonstances si décevant quand on le regarde en face.
    J’aime bien le titre

  2. Éclaircie dit :

    Ah ! Ah ! Que de facettes à ce tricot ! Parvenu à points nommés un 17 décembre, en avance sur l’hiver, aux contrastes saisissants. Sur le sable ou au travers du miroir, la Lune Décroissante peut s’effacer sans crainte pour les Alice et Zephe.
    Poésie fertile sera toujours le havre où Elle pourra conter ce que nous lui chuchotons à l’oreille.

  3. 4Z2A84 dit :

    Trie-t-on les sables comme autrefois les lentilles pour trouver un minuscule caillou…ou de l’or ? L’or sera pour le scarabée dans le conte d’Edgar Poe. Le pantin changé en sciure me fait de la peine. J’avais prévu que nous déjeunerions ensemble d’une tranche de jambon. La tranche, satisfaite d’échapper à notre estomac, se change en gant de toilette. Rien ne se perd, tout se transforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.