Les étoffes de la lune,

Elles ont posé sur elle une cage en or
Tandis qu’elle changeait la terre en océan
D’un seul clignement de sa paupière unique
Et se métamorphosait en phare fantastique
Ensuite elles ont dansé autour de la petite
Ont mimé pour elle les milliards d’années
Et les milliards de jeux de son enfance
Quand elle a souri en plongeant dans l’eau des rêves
Les étoiles ont posé sur la cage une fine étoffe
Taillée dans le plus beau pan de la nuit
Et la lune a disparu

****
Les arbres ont perdu bouches et oreilles
Parties depuis longtemps chanter d’autres saisons
La colline aux bois noirs et la suie évadée des âtres
Proposent à la lune la mouche qui fera d’elle
La reine de la nuit
Étoiles et comètes se prosternent plus bas que Terre
Enflammant les broussailles venues en voisines
Le vent n’a d’autre issue que de chasser le vent
Étouffer ce feu et bannir la lumière
Dans les nuits de la reine
Au matin sable et poussière recouvrent la vallée

****

Marché aux alouettes,

Depuis que les grenouilles
Sirotent le bénitier à la paille
L’air du temps est gris
Souris dans les verres ébréchés
On entend ça et là chanter le miroir
Plus faux que jamais
Dans lequel viennent s’échouer
Les ombres ivres des rats perdus
Et des alouettes sans tête

****

Personne n’a jamais pris le temps de tester les barreaux
De l’échelle où l’on décide de grimper,
Sur les conseils d’une espèce de psy en soutane,
Pour atteindre le dernier étage avant le ciel…
Un plafond auquel même les moins fanatiques se heurtent
Interdit de monter plus haut :
Vers l’inaccessible firmament !
Du balcon on surplombe l’abîme vertigineux.
Le moins déboussolé d’entre nous prend alors la parole :
« Chaque barreau de l’échelle est une saucisse grillée »
Affirme-t-il et, en effet, une odeur de graillon dilate instantanément nos narines
Et ennoblit notre âme (les incrédules contestent ce fait).

En partance : Eclaircie, Elisa, bibi et 4Z qui se répondent sans s’être concertés sur le voyage. On ne pouvait mieux dire

4 réponses sur “Les étoffes de la lune,”

  1. Phoenixs dit :

    Sortis de leur cage ils peuvent grimper ou non l’échelle que leur tend l’époque, reste que la lune, les étoiles et les arbres portent ce qu’ils veulent où ils veulent ou bien avalent, effacent nos pitreries nues de sens.

  2. 4Z2A84 dit :

    La lune a disparu sous une mouche. Les miroirs ne réfléchissent plus : ils chantent. L’étrangeté de ces évènements fait, semble-t-il, sourire les poètes dont l’imagination supplante la réalité. On survole la Terre d’un tapis volant ou, quand les lacs s’endorment, de son lit.

  3. Elisa-R dit :

    Oui, du sourire à l’émerveillement. Avec cette touche délicate et poivrée d’inquiétude qui ne nous quitte jamais.

  4. Éclaircie dit :

    4 étapes plus imaginatives l’une que l’autre.
    Les voyages en Zephe toujours nous mènent où il ne nous semblerait pas possible d’aller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.