L’embrasure incertaine

La vie au passage à niveau,

 

Si les vaches arrêtaient de tricoter

Pendant que passent les trains d’arrêt

Nous pourrions profiter du paysage

Sans être dérangés

Par toutes ces questions sans réponse

Qui agitent les prés aux abois

La vue dégagée lâcherait ses arcs-en-ciel

Les pluies remballeraient leurs impairs

Et les passages à niveau lèveraient enfin

Leur voile sur les vies déraillées

Que tout égare

 

C’est couper la parole aux fleurs

Que de dire à leur place qu’elles sont belles

Car leur parfum porte les mots

Dont les narines se régalent

Comme de cocaïne les malades

Ces mots ignorent tout des lettres

De A à Z la route ne change pas de pas

On atteint sans os sa destination

Une terrasse où sèchent des draps

Du linge oublié

Par les gens chargés de la toilette des morts

On nous y offre un café fort

Trop fort

Avec l’haleine des fleurs il tient éveillés

Ceux qui très tôt dodelinent de la tête.

 

Pas un pli ne vient froisser le visage du matin

Le gris perle de ses tempes

S’harmonisent aux volutes de fumée

Des cheminées et des champs

Œuvrant pour protéger le cœur de la graine

Ou du foyer

Pourtant nul ne connaît

Les idées qui traversent l’esprit du jour

Bien moins lisses que son regard d’octobre

Il rêve diables et flammes

Folles sarabandes que pas un soir ne saurait éteindre

Matinées et après-midi liées dans une nuit polaire aveuglante

 

Les chemins sont couverts de feuilles

Et les arbres absents

Le cœur de la pendule semble perdre toute sagesse

Tant il offre de battements à la folie

Sa langue d’argent compte jusqu’à l’infini

Pour ne laisser sortir aucun mot de sa bouche

De bois comme son corps

Il ne reste que le silence

Témoin ému des derniers soubresauts du jour

Il étend sur le sol une couverture mordorée

Afin d’attirer au plus près de lui sa chère nuit

 

Aux fenêtres :

Phoenixs, 4Z, Éclaircie, Élisa.

7 replies on “L’embrasure incertaine”

  1. phoenixs dit :

    Dans la nuit polaire de A à l’infini, les mots aux tempes d’octobre battent le rappel sans étourdir ceux qui dodelinent près de la pendule silencieuse.
    On est passé près des vaches sans les déranger pour s’approcher des lettres poésie.

  2. Elisa-R dit :

    Questions sans réponse, linge oublié, tempes grises du matin…L’embrasure est peut-être incertaine mais les images sont bien là.

    • 4Z2A84 dit :

      De nos fenêtres respectives nous regardons tourner la terre. C’est à nos yeux qu’elle doit sa rotation dans l’espace, comme sous ses pas le promeneur produit le chemin. Sans poésie nous n’aurions plus de fourmis au bout des doigts ni de petits vélos domestiqués en tête. Recoudre le ciel ou ranimer l’océan : affaires de poètes.

  3. HenriPierre dit :

    Ah, l’embrasure d’aujourd’hui n’est plus la meurtrière des châteaux-forts d’antan et l’on ne surveille plus, accoudé à la « croisée » (mot local de mon enfance pour désigner la fenêtre), l’arrivée d’un éventuel ennemi. Pourtant, plus j’avançais dans la lecture et moins je me sentais en sécurité ! Curieux…
    Amitiés à tous.

  4. Éclaircie dit :

    Bonjour HenriPierre, merci d’avoir approché la « croisée », certains chemins sont plus ouverts et avenants que d’autres, les nôtres ne laissent jamais indifférents.

  5. Pascal ROY dit :

    28 octobre 2016, quatre ans et un petit mois, l’âge d’un château de sable, ou d’un tout petit animal. Une embrasure d’autant plus exotique qu’elle est incertaine. On dirait qu’un poète à quatre têtes s’est donné rendez-vous, là, entre deux miroirs, histoire de sécher un drap ou deux avant de rependre une voie cachée, avec d’autres rails, là où ne passent que de vieux trains sombres et discret.

  6. Éclaircie dit :

    Et vous êtes à présent une des quatre têtes, P.Y. Bossman, comme Marjolaine, Phoenixs et moi.On peut même voir la bête prendre 6 têtes en 2020.2021. Qui sait ?.
    Pascal, merci ! de tes commentaires aussi poétiques que tes écrits !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.