À soleils déployés

 

 

Dans le jardin ensoleillé, une longue dame rêve

Sous la fine peau de ses belles paupières une ville s’élève.

Les pieds dans la brume des grandes chaleurs d’été

La tête ceinte de petits nuages blancs posés sur le ciel bleu

C’est une ville joyeuse qui crie, chante, klaxonne

Et s’étend, toute blanche, sur les pierres d’autrefois.

Dans son sommeil, la longue dame ne peut s’empêcher de sourire

Allongée sur les briques tièdes d’un très vieux mur

Elle apparaît à ceux en qui elle a confiance

Les autres ne voient rien d’autre

Qu’une branche de lierre accrochée à une ruine.

 

Les poubelles du diable,

 

Ils abandonnent la ville aux rats

Aux chiens aux ruisseaux rouges

De haut en bas la boue masque les visages

Graves des visiteurs déçus

Ainsi la vitrine propre qu’offrait le roi

Aux manants de hasard

S’étoile-t-elle de chiures sociales

De ces presque riens qui dérangent les mouches

Agitées des courtisans

Derrière les grandes portes de bois humide

Les enfants sages rient à soleils déployés

 

Les couloirs du métro s’en sont allés

Voir les sentiers de forêts

Les chemins entre les dunes

Le lit des ruisseaux

Et le pied des arcs-en-ciel

Emportant avec eux les passants incrédules

Les plus timorés tentent de remonter

Les escaliers et tapis roulants

N’osant quitter même pour un rêve

Ce cocon bruyant mais protecteur

Ce boyau infini qui tous les jours happe

Leurs sourires et leurs voix

Qui sera debout la prochaine nuit ?

Guettant la lune et les frissons d’une esplanade

Ouverte à tous les yeux avides de lumière

 

La source vous sourit lorsque vous avez soif

L’eau ne fait pas attendre les nageurs

Le jour dispense sa lumière aux peintres

Et pour les impatients l’horizon reste un but

Que l’on ne vise pas avec des boomerangs

Gardez-vous le droit de vous plaindre

Quand la pluie joue son air mélancolique

Sur vos vitres et sur les toits dont les ardoises

Et les tuiles chatouillées rient

Ne songez plus à vous couvrir

D’un renard bleu car le soleil sort de son nid

Chaque rayon choisit parmi les misérables

Le plus frileux et le réchauffe

Avec la vie ne perdez pas le privilège

De vous baigner dans l’or en tenue d’Eve

 

Dans le rôle du soleil : Phoenixs

Dans celui de l’or : 4Z

Élisa tient celui du ciel bleu

Éclaircie celui de la lumière

 

Un grand merci à Phoenixs pour le titre et pour ma part inspirée de ses mots.

4 réponses sur “À soleils déployés”

  1. Éclaircie dit :

    Si nous baignons toujours dans les eaux limpides de la poésie, la réalité n’est jamais très loin. Chacun dans un bras du fleuve, ce que nous offrons au courant (commun) rehausse l’ensemble de couleurs personnelles pour une toile d’un art nouveau.

  2. phoenixs dit :

    Le sourire d’une dame au-dessus des fous qui remontent les escalators pour s’en aller debout poser leur renard bleu dans les nuages, debout les incrédules ont enfin remarqué le lierre fin en couronne sur l’horizon, le boomerang reviendra dans la figure de l’imprudent qui confond la réalité pour un rêve abouti.
    J’aime bien que cette semaine soit sous l’auspice d’une dame bienveillante.

  3. Elisa-R dit :

    Des couloirs et des sentiers, une baignade dans l’or, une ville imaginaire et un rire « à soleils déployés » : je découvre un nouveau détail à chaque lecture et il y a tant d’images que je n’ai pas encore réussi à tout regarder.
    C’est ici un autre monde…

  4. 4Z2A84 dit :

    Est-ce que les éboueurs oublieraient de soulager la Côte d’Azur ? Une fée bienveillante changerait-elle la couleur du ciel au-dessus du Pas-de-Calais ? Le métro se propagerait-il dans la campagne lyonnaise ? Sent-on combien la pluie s’adoucit sur la capitale frileuse ? Les préoccupations de chacune comme de chacun montrent le bout de l’oreille ou du nez dans ces textes au demeurant inventifs portés par des imaginations toujours en éveil. Ebloui je le suis comme vous qu’il fasse beau ou laid nuit ou jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.