Jacques Jouet

Jacques Jouet publie Ruminations du potentiel aux éditions Nous.

3.
À supposer qu’on me demande ici de parler de trois noms à coucher dehors (mais coucher dehors dans un jardin où l’on se laisse enfermer est un rêve des plus précieux) et couchés d’ailleurs ci-dessous-dedans en italiques, à savoir les mots hydrangea, hellébore et  meconopsis, c’est sur le dos de celui du milieu que je prendrais ma tâche à pleines mains, à cause évidemment des quatre grains dont la tortue de La Fontaine aurait intérêt, selon le lièvre, à se purger pour le soulagement de sa folie, et n’ignorant pas que, quoi qu’on en rêve, la toxicité, sœur négative du pouvoir pharmaceutique, n’attaque pas plus la cornée, depuis le sein du vocable, que la stupéfaction et l’Himalaya ne passent par les seuls mots « pavot » et « opium » ou encore l’écœurement d’un jardin bourgeois par un rang d’hortensias au pied d’un mur ombragé comme il y en avait un chez mes parents dans les années cinquante.

4.
À supposer qu’on demande ici (mais je me demande bien qui pourrait être ce on, autre qu’on-moi) de parler en même temps, c’est-à-dire dans la même phrase, de deux lieux du monde en région parisienne qui seraient considérés comme de parfaits antonymes, quoique partageant un caractère spécifique, je proposerais de m’arrêter sur deux lieux « scalaires », la rue des Degrés dans le IIe arrondissement de Paris, rue courte de quatre à cinq mètres sans aucun numéro ni fenêtre sur ses deux pignons latéraux, avec ses sept marches et ses cinq plaques (la cinquième est la plaque de secours) – dont l’une porte d’ailleurs une faute d’accent : Dégrés ! – et les Cent-Marches de Versailles, rampe de l’ouest, dont j’ai suffisamment chanté le standing sculptural et quasi métaphysique pour y revenir trop longtemps, sauf à les mieux voir encore en contraste avec leur pauvre opposée qui, pourtant émeut comme une petite fille aux allumettes.

Jacques Jouet, Ruminations du potentiel, éditions Nous, 2016, pp. 9 et 10.

 

Extrait de :

http://poezibao.typepad.com/poezibao/2016/06/anthologie-permanente-jacques-jouet.html

2 réponses sur “Jacques Jouet”

  1. Éclaircie dit :

    Je découvre cet auteur, ou plutôt ses deux proses, ce matin sur Poezibao.

    Envie de les partager avec vous, car elles m’ont beaucoup impressionnée.

  2. 4Z2A84 dit :

    Ces proses éveillent en effet la perplexité du lecteur (très souvent superficiel) que je suis. Il me reste à faire l’effort d’en savoir plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.