Anonymes

Je suis un chien
Pelage terne, peau fatiguée
Regard inquiet

Ta démarche est souple

Je suis la boue sur le sentier
Dans l’ornière dépourvue de couleur
Pleine de vide

Tu me découvres

Je suis le chancre sur la belle écorce
Que je ronge assidûment
Jusqu’à prendre la vie de l’arbre

Tes lèvres se rejoignent en une moue de dégoût

Je suis l’enfant sale
Assise au bord d’une route
Le dos cloué à son sort

Tu ouvres ton parapluie.

Je suis sans visage
Nous nous croisons anonymes
Sans jamais nous toucher

Tu es parti.

Ton sillage parfumé m’enivre quelques instants
Je ferme les yeux puis à mon tour
Je disparais.

5 replies on “Anonymes”

  1. Éclaircie dit :

    De ces rencontres improbables ou permanentes, Élisa choisit de nous présenter la plus tragique. Son œil en position « grand angle » déforme-t-il ses deux personnages ? On le voudrait, tant l’image est saisissante de contraste douloureux. Ou peut-être ces deux personnages ne sont que les faces d’un seul. Tout est possible lorsque Élisa écrit, surtout de marquer profondément le lecteur.

  2. Toni Cervantes Martinez dit :

    ….disparaître pour affirmer l’image d’une réalité tellement incertaine! la vision intérieure de l’âme privilégie ( comme éclaircie l’écrit) la position grand angle qui propose hors dimension ce vide empli de tant de pleins anonymes
    *est-ce vide le vide* ….
    toni

  3. egfrild dit :

    Dans votre écriture, souvent, apparaissent des êtres éthérés, impalpables, mais dont on ne sait vraiment quel poids ou quelle douleur les retient à la surface du monde. Pourtant déjà partis, ils s’accrochent encore à celui-ci par quelques bribes de mémoire, cherchant à discerner ce qui s’est passé.
    Merci Elisa

  4. phoenixs dit :

    Rien à écrire de plus puisque l’essentiel émane ++++

  5. Elisa-R dit :

    Puisque je suis maladroite lorsqu’il s’agit de moi et puisque vos commentaires sont si beaux, laissez-moi vous remercier avec un tout petit poème -d’autres mots que les miens- que je lis certains matins :

    « Heureusement que ce peuplier
    A choisi de vivre
    La tête haute

    Grâce à lui
    Je vois »

    Philippe de Boissy, « La lampe sous le boisseau », édité pour le compte de l’Atelier du Guy, page 46.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.