« Sans bruit dans les bras de la nuit »

PPV du 1er janvier 2016

*

« SANS BRUIT DANS LES BRAS DE LA NUIT »

*

On rebrousse à petits pas

Les chemins des temps lointains

La route en pente douce s’ouvre à nos regards

Tandis que des babils commencent à poindre

Dans nos mains bientôt

Flocons de neige ne fondront plus

La lune par dix fois a franchi la colline

Même invisible elle a veillé

Pour attendre ce petit de la forêt

L’An sera-t-il assez grand pour le fêter ?

*

Paillettes et talons anguilles,

 

Glissons-nous sous les guirlandes

Comme des voleurs de feu

Tout en sourire blanc sur nos artifices

Eteints

Jouons à la gaité sauter danser qui vous voudrez

Tourbillon de mouchoirs sucre d’orge

Tous nos chagrins en chocolat s’agitent

Pendant que lamés vos talons ramollissent

On sent déjà couler sous nos semelles

Le temps périmé

**

Sous les feuilles de novembre

Une palette de couleurs

Le ciel qui s’en empare les essaye toutes

Jusqu’au blanc de céruse qui lui plaît

Tant il lui rappelle la voix mélancolique des canaux

Leurs blanches mélodies tapies dans les silences

Leurs longues lignes droites qui donnent aux yeux d’ici

Le vert des océans ou le bleu des espoirs

Puis enivré par le tournoiement de ses nuages

Il dessine au fusain quelques ombres

Pour donner à la brume plus de force

Enfin il s’allonge sur un tapis d’étoiles

Et s’assoupit sans bruit dans les bras de la nuit.

**

*

…Ma Dame absente je suis triste

Au bord de ce lac survolé

Par des apparences de signes

Dont les lueurs sous la nuée

Produisent des phosphorescences

Alors je songe à m’éloigner

De ce lieu qui trouble les sens

Du rivage et des bois hantés

Par des effluves de silence…

*

Etoiles :

 

Eclaircie,

Elisa,

Phoenixs,

4Z.

*

 

8 replies on “« Sans bruit dans les bras de la nuit »”

  1. 4Z2A84 dit :

    En retard : j’aurais dû publier hier ce beau poème à quatre voix, pour cela j’étais en possession de tous les éléments. Pardonnez-moi. Par quoi me suis-je laissé distraire ?…Bonne année à vous, voleuses de feu, et à toutes celles et ceux que vous aimez, sous la lune invisible ou éclairée par le soleil déguisé en clown.

  2. phoenixs dit :

    Nous rebrousserons volontiers les babils dans leurs effluves de silence pour une nouvelle année qui se jettera dans de grands bras sans périr étouffée ?

  3. Éclaircie dit :

    Paillettes, guirlandes, phosphorescences ! Que de lumières jusqu’au blanc céruse des bras de la nuit !

  4. Elisa-R dit :

    Après tant de PPV ou de ZEPHE, le plaisir est intact. La sobriété de mon commentaire est à l’inverse du plaisir de cet échange hebdomadaire !

  5. Toni Cervantes Martinez dit :

    trop beau pour si vite s’évaporer ce poème enguirlandé de pensées mignonnes, d’émerveillements tant attendus , tant silencieux dans cette nuit tendrement affectueuses

    je crois fermement à vos si doux délires…je ne m’en lasse pas …merci ami(e)s poètes

    toni

  6. Toni Cervantes Martinez dit :

    …ému ! j’en ai fait une nuit pluriel(le)
    …bonne année

    L’An,

    L’an glisse vers sa fin !
    Partisan bienheureux,
    Il oublie son chagrin,
    Renifle, envieux

    Les parfums égarés
    Au chemin de son cours.
    Je le crois fou à lier
    Inconscient tour à tour,

    Sans même réfléchir,
    Sans soucis d’avenir
    Il poursuit son périple.

    Craint-il l’infortune?
    La crise importune?
    Non sa vie, il revit!

    Bien à vous
    toni

  7. josy dit :

    je vous embrasse
    je vous lis …

  8. Éclaircie dit :

    Meilleurs vœux à toi, Josy, fidèle lectrice.

    Bonne année à toi aussi, Toni. Abordons chaque année, chaque jour comme un nouveau chemin ouvert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.