DES REVES INQUIETANTS.

Des rêves inquiétants.

*

La voix dans le creux de la main

Le poing fermé sur le silence

La nuit s’invite sur le papier

Un oreiller retient les rêves

Sur le sol froid un somnambule

Les yeux ouverts démarche sûre

Lance les dés qui ouvriront

Les trappes pour regagner l’eau

Libérant les voies du fleuve endormi

*

Le ciel s’est couvert de nuages

La lumière ne les traversera pas.

Des voix circulent dans d’invisibles fils

Plus rien d’humain n’a survécu.

Tout fonctionne, mécanique et froid

Les machines entre elles communiquent.

Les dernières forces des insoumis se brisent

La tête d’abord levée vers les lignes sans âme

Ils finissent à genoux, démunis

Condamnés à errer, muets, impuissants, moribonds.

*

De mon vaisseau spatial je contemple la Terre

Où le parfum des fleurs absentes s’évapore

Et se perd dans l’espace en un soupir sans fin

J’ai vécu parmi vous nobles dames beaux spectres

J’ai vu la lune fondre et le soleil flétri

Déshonorer le ciel où Dieu l’avait placé

Pour nous ouvrir les yeux sur le film qu’Il projette

Et maintenant je tourne autour d’une planète

Comme autour d’une flaque empoisonnée l’oiseau

Le dernier des oiseaux morts d’avoir bu cette eau

Dont je boirai moi-même assez pour disparaître.

*

La mouette sur le sable,

 

C’est pas tous les jours que je peux planter mes pattes

Dans le sable un peu froid

Je regarde passer les hommes en combinaison noire

Dans l’eau transparente

De temps en temps je me retourne vers toi

Te montre mon grain de beauté

Près de l’œil

Tu souris sans un mot stupide et ravie

Vieille dame sur ta serviette

Je sais aussi que ce n’est pas tous les jours

Que tu peux planter tes pieds dans le sable humide

Un peu froid

Du chemin de lumière.

**

*

A l’origine de ces textes :

Eclaircie ;

Elisa R. ;

Phoenixs

et 4Z.

*

 

 

4 replies on “DES REVES INQUIETANTS.”

  1. 4Z2A84 dit :

    Les dés lancés par le somnambule n’annoncent rien de folichon. Si la vieille dame sur sa serviette et la mouette ne s’ensablent pas ou ne sont pas les victimes d’une nappe de pétrole rejetée par la mer, elles risquent par contre d’être condamnées à errer, âmes en peine, car…dans ces rêves très inquiétants plus rien d’humain ne survivra à l’absence de fleurs sur la Terre….
    Malgré la douceur de l’automne, nos songes sont loin de nous apaiser.

  2. Éclaircie dit :

    Un frisson vient, m’envahit à cette lecture.
    L’intérieur du poème laisse entrevoir l’apocalypse avec un seul survivant. Mais cependant encadré de main, de voix et surtout de ce chemin de lumière qui ouvrent un faisceau d’ailleurs possibles.
    Des rêves inquiétants, peut-être, mais qui ne laissent pas les poètes sans voi(x-es).

  3. phoenixs dit :

    En effet, la vieille dame a bien raison de profiter du sable, même un peu froid, car tous ces êtres qui tournent autour du rien sont loin de nager en eau claire.
    Un sombre début de novembre qui devrait se perdre dans les eaux réveillées de la lumière.

  4. Elisa-R dit :

    C’est beau !

Répondre à 4Z2A84 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.