SOUS DES REGARDS FLOTTANTS.

*

Sous des regards flottants.

*

Ils disent que ce sont des étoiles

Que leur éclat est un leurre qui reflète l’amour

D’un bel astre aujourd’hui disparu.

Mais je sais bien qu’il n’en est rien

Que ces milliards de points lumineux

Sont de minuscules yeux

Braqués sur nous tous : vous et moi

Prisonniers de la terre et soumis à la nuit.

*

Rien ne frémit sous le brouillard

La chouette a baissé la garde

Les trains sans doute toujours s’élancent

Dans les tunnels et sur les ponts

Mais pas un son ne parvient pourtant

Aux oreilles de la lune

Dans les wagons les voyageurs sont-ils

Éloignés de la réalité comme les uns des autres ?

Si l’on retrouve l’autre rive du fleuve

Et la sortie du souterrain

Le soleil aura percé l’inconnu

Et des compartiments vides sur des rails humides

Entreront en gare sous le regard impassible

De la grande horloge insensible aux marques du temps.

*

La lampe éclate et le verre en flocons

Tombe sur le pré rasé de près

On hésite à rouler sur l’herbe trop courte sa viande

Les feuilles jaunes ou crispées font honte à l’arbre

Qui ne produit plus d’ombre

Même sous un soleil consciencieux

Le moteur des voitures arrêtées rêve

De ronfler comme un orchestre

Plongé dans l’eau lumineuse de l’aquarium

Cet aquarium roule très vite

Quand vous appuyez de toutes vos forces sur son accélérateur

Le marchand de glaces dévoile sa combine

A ceux qui l’effacent avec une gomme.

*

La plongée sous-marine,

 

Quand tu prends les grands lacs

Pour des mers intérieures

Plongées au cœur des silences

Tu te dis que le gris général

Nervuré et battant le rappel

Ne veut rien des arcs-en-ciel

Dont tu plais à semer tes plongées

Sans corail.

Il est tendu sur ta tête

Voile immuable qui couvre  tes faux trésors

Et tes inutiles voyages en eau sèche.

**

*

Eclaircie.

Elisa.

Phoenixs.

et 4Z.

nous ont écrit d’une étoile qui cligne de l’œil, des profondeurs de l’océan, d’un aquarium à moteur et d’un TGV fluvial.

4 replies on “SOUS DES REGARDS FLOTTANTS.”

  1. 4Z2A84 dit :

    Un mélange étonnant et détonant venu d’ailleurs galvaniser le rêveur qui sommeille en chacun de nous. Oui, les étoiles sont des yeux ! Oui, le train est un fleuve déguisé, leurs rails l’attestent ! Oui, les arcs-en-ciel fleurissent dans les abysses ! Oui, les aquariums battent des records de vitesse !… Oui, Poésie Fertile offre à l’Imagination de grands espaces.

  2. phoenixs dit :

    Tout de même, l’homme très seul est vu de loin par des yeux un peu froids, qu’il voyage en aquarium pétaradant ou qu’il roule dans un pré rasé de près, la gomme efface ses pas dans la nuit.
    On s’accorde néanmoins à reconnaître que le billet est bien cher payé pour aller nulle part 😉
    Reste que nous nous y rendons en bonne compagnie.

  3. Elisa-R dit :

    Même si « la grande horloge insensible au temps » refuse de nous prévenir, l’été est vraiment fini, une autre saison bien installée avec sa grande robe jaune ou rouge, bordée de brumes, nous intime le silence. Reste le rêve rectangulaire et aquatique d’un aquarium de compétition ou d’un autre ‘voyage(s) en eau sèche ».

  4. Éclaircie dit :

    Vrai trésor d’imagination, moteur à explosion fertile, train poétique sous ces yeux dont on sait maintenant qu’ils lancent des regards flottants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.