Victor SEGALEN (1878-1919)

Visage dans les yeux

Puisant je ne sais quoi ; au fond de ses yeux jetant le panier
tressé de mon désir, je n’ai pas obtenu le jappement de l’eau
pure et profonde.

Main sur main, pesant la corde écailleuse, me déchirant les
paumes, je n’ai levé pas même une goutte de l’eau pure et
profonde :

Ou que le panier fut lâchement tressé, ou la corde brève ; ou
s’il n’y avait rien au fond.

*

Inabreuvé, toujours penché, j’ai vu, oh ! soudain, un visage :
monstrueux comme chien de Fô au mufle rond aux yeux de boules.

Inabreuvé, je m’en suis allé ; sans colère ni rancune, mais
anxieux de savoir d’où vient la fausse image et le mensonge :

De ses yeux ? – Des miens ?

2 réponses sur “Victor SEGALEN (1878-1919)”

  1. Éclaircie dit :

    Un nom croisé par hasard, une découverte pour moi et donc une envie de partager.

  2. 4Z2A84 dit :

    Je connais assez mal Victor Segalen. Ton choix parmi ses textes me semble très bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.