Poèmes d’Alice Massénat.

Poèmes d’Alice Massénat.

Poèmes d’Alice Massénat.

*

Textes tirés d’un même livre : « La Vouivre encéphale » paru aux éditions des Hauts-Fonds (www.leshauts-fonds.fr) en 2013.

« La Vouivre encéphale » est un ouvrage constitué de trois recueils :

« La Mandragore aux escarres », dédié à Pierre Peuchmaurd ;

« La Vouivre encéphale », dédié à Alain Jégou ;

« Le Crâne épithalame ».

**

*

« Au cœur de la mêlée qui s’escarmouche

le fielleux n’a plus cours

et de leurs salves aux brumes claires

je m’en offusque

scalpel à l’ongle

l’esclave aux piètres encolures

Brisés

les clameurs de nos sangs aux farouches agapes

en imprécises le désarroi

et de l’oreille qui s’échappe

les pis éventrés

insoutenables

La beauté n’est plus là

Qu’en est-il de toutes ces cendres renfermées

où qu’elles soient

poussière de cœur

échevelées et improbables

de leurs seings aux vivre

et de leurs brimes aux salaces

Qui me jouera cette corde du plus loin de ma folie

qui m’esquissera la viole

le pourtour au coude

qui la verra

et des larmes aux sangs

la contrée s’éteindra

mandragore aux escarres »

**

*

« Dans le silence aux creux de cuivre

l’étain se pâme

aux oraisons de marbre

dithyrambe incontournable

la vieille aux pourléchés

se venant

se cabrant

impossible de la fixer

tant sa jambe est toc

.

Brimé il s’en fut en sourdine

le piano hagard

viscère

de son orage

.

Dans ses accointances sans condisciple

la torture ne s’envisage qu’aux mots

maintes fois redits

à souligner

et plus que bleus aux violets de gambe

les déliquescences se calquent

une par une

à la faveur d’une scansion de larmes

.

Ne plus le revivre

à n’importe quel prix

et parcourir la vie

aux détours d’une page

la couleur éclatante, pestilentielle

de me vivre au sourire du beau

caduque

dans une lèvre de ramage »

**

*

« Le tohu-bohu aux fragrances d’icelui

qui me le pourvoira de mes suppliques mêlées

quand tant et tant se balafrent la chamade

sempiternels et cois

.

En silence, le cœur s’emballe

le crâne frappe, torve et maniaque

je le voudrais mouché en dégâts

.

Quels sont ces mots qui sortent d’un caduc

l’à-jour aux mielleuses

hagards

je me fous de ces cons qui s’empiffrent

aux brames de ma vie

.

Te dire cet amalgame de suppliques encéphales

te rire les lèvres

sourire ton nom et partager ces cris

les fracasser et t’entendre

encore et encore

pour le mur de nos lames

.

Je reprends mes esprits

qu’instinctivement mes neurones flagellent.

Comprendra-t-il où est l’exècre

s’en tiendra-t-il à son vu

 

Chancelante la vouivre à mon écorce

s’enflamme

dispersée et disparate

rutilante mon amour de ta peau

que je tamise au futur mes mondes appliqués »

**

*

« Les chancres d’uppercuts s’effarouchent

la volée en viol

qui de l’esclave s’auréole

parmi toutes leurs incartades

par avant la ruelle

.

Lire tes ongles qui se ruent

esquinter mes abrupts au désarroi

sans cesse revendiqués

dès lors que ta sueur se boit

.

L’aurore est transie de synapses

l’échancrure se pâme d’oracles

dans une fosse commune qui ne sait que se tarir de ruches

.

Brimées

les gargouilles échalas virevoltent

de brisures en scalps

au tréfonds de tes sourires

.

Vous lire dans ce cuir qui se crie nôtre

le monde tourne et s’efface

inqualifiable ma tombe

alors que tes mots me chantent

ces râles en tonitruance

.

À ces verves-métronomes

à ces censures au poteau`

à nos blasphèmes

tout de guingois

les cloches se meuvent et s’ignorent

imperméables »

*

Alice Massénat. (« La Vouivre encéphale » Editions des Hauts-Fonds (www.leshauts-fonds.fr) 2013).

*

 

 

5 réponses sur “Poèmes d’Alice Massénat.”

  1. 4Z2A84 dit :

    On n’aime ou on n’aime pas. Mais même le marbre ne reste ni sourd ni insensible à cette musique déchirante où les mots agressés se tordent comme le papier sous la flamme. Les poètes habitués à écrire de beaux vers subissent cette averse noire avec le sentiment que l’inspiration dont ils abusent a besoin d’un bain dans la lave en fusion.

  2. Éclaircie dit :

    Quelle découverte !
    Indépendamment de la surprise provoquée par l’utilisation toute personnelle des mots, on se sent happé par une force contre laquelle on ne veut surtout pas lutter.
    Ces trois poèmes sont époustouflants. Riche vocabulaire, images inouïes, musicalité (violente) très présente.

  3. Elisa-R dit :

    Pas de coup de foudre cette fois, je reste à la porte ne saisissant que quelques mots aux coutures arrachées: « vouivre », « encéphale », « mes abrupts »,… .
    Demain, peut-être, revenue au monde, j’accepterai d’entendre et de franchir le pas…Cela dit, ces poèmes ont le mérite de ne pas être faciles, de ne pas chercher à l’être. Disposée comme je le suis (c’est à dire complètement (en)fermée en ma cellule de survie, je n’ai pu m’empêcher de parcourir l’ensemble dans un sens puis dans l’autre et d’être attirée au passage par ces mots remarquables, disséminés au sein des poèmes, qui brillent comme des pierres précieuses.

  4. Arcturus dit :

    Une funambule du Verbe ! Elle danse sur la corde, et l’abîme, sous elle, se creuse à chacun de ses pas.

  5. Régis Gayraud dit :

    Il se forme peu à peu, années après années, comme une société secrète d’happy fews qui possèdent en commun un trésor resplendissant et fragile à la fois, une feuille d’or qu’ils tiennent entre leurs mains tremblantes, et qu’ils craignent de voir s’envoler si un mot, un geste, un souffle rompt l’équilibre précaire qui la supporte. Stylite dans un désert de syllabes mortes qu’elle pêche à l’épuisette de ses angoisses, Alice Massénat embroche des mots qui se percutent dans ses poèmes le long des phrases-poignards.
    Depuis longtemps, nous aimons Alice et ses mots d’or, et nous sommes heureux que de nouvelles recrues viennent élargir le cercle de ceux qui espèrent, mois après mois, de nouveaux recueils.
    Sur Alice Massénat, le lien suivant :
    http://isabelledalbe.blogspot.fr/#uds-search-results

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.