Pas de chocolat pour les nuages,

L’arbre est un mille-pattes sédentaire
Il craint pour ses chevilles
S’il devait se hasarder par les sentiers caillouteux
À quérir sa pitance
Pas un ciel ne lui refuse le gîte et le couvert
Lorsqu’il élance ses mille bras
Brisant le vent stoppant la course
Des nuées de nuages pétris des rires et des larmes
Des poissons et des baleines dont les cris s’entendent
Par nuit claire dans toutes les clairières
Les feuilles sont ces mains
Aux doigts élégants comme parchemin
Qui bien après les vendanges
Savent toujours coudre et tisser les lettres dispersées

***

Distraits quelques nuages

Se trompent de chemin

Ou oublient leurs bagages

Comme on oublie ses mains

Le printemps se dépêche

Et donne tant de fruits

Que les oiseaux protestent

Seul le ciel les instruit

Les armes de la mer

Ne savent pas mentir

Ses vagues trop sincères

N’aiment rien que mourir

***

Puisque Macron rencontre Zola autant que ce soit dans une infusion
Sans affaire
Puisque les grévistes sont des brigands cachés dans les forêts
Autant que ce soit avec le petit chaperon pervers
Puisque Calas n’est pas mort sur la roue
Autant qu’il arrête de protester
Puisque la culture dégouline sur mes pieds qui puent
Autant que ce soit dans un grand éclat de rire
Aussi large que nos trous noirs…

***

Ne m’attendez pas pour cette semaine je suis en panne de temps, de messagerie et d’inspiration…La semaine prochaine devrait être plus calme.

Dans l’ordre de ces vols au vent : Eclaircie, 4Z, bibi et une bulle d’Elisa histoire de rendre plus pétillant ce voyage en Cocagne…

5 réponses sur “Pas de chocolat pour les nuages,”

  1. Phoenixs dit :

    Des restes d’enfants distraits au milieu du chant des baleines, des pattes du vent, des mots au garage faute de carburant.
    Le vent coud une fibre, découd une épine, assortit nos guenilles et emporte les lambeaux du temps.
    A la semaine prochaine Elisa 😉

  2. Éclaircie dit :

    Que sait-on (vraiment) des nuages, du chocolat, du petit chaperon….mais surtout de nos trous noirs ?

  3. Elisa-R dit :

    Les mains oubliées sont-elles des feuilles « aux doigts élégants » ? La distraction des nuages est-elle aussi grande que celle de Calas qui « n’est pas mort sur la roue » ? Un voyage en Cocagne suffirait-il à nous faire oublier ces questions ? Demandons aux nuages…

  4. 4Z2A84 dit :

    Un trio de choc. Cependant nous comptons sur un quatuor la semaine prochaine – et sur la suite des aventures de Mémé.

  5. 4Z2A84 dit :

    …non pas « la semaine prochaine », mais à la fin de celle-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.