Le ricochet des anges sur Picasso,

Le vent essaie de gravir la voie lactée
Mais les étoiles illuminent les marches
Qui se redressent d’aise ainsi qu’un pou
Épargné par le peigne et fringant sur fourrure tiède
Égarée au cou d’une sirène frileuse
Ou bien autour des reins d’une danseuse trop cambrée
Puis le ciel écrase la nuit qui s’en va soupirant
Auprès du soleil insensible à ses plaintes
La terre prise de vertige stoppe sa ronde
Et les éléments bien marris s’en remettent au hasard
Forçant le poète à ravaler ses lignes
S’il ne les pas a déjà lancées comme galet
Sur l’océan fier de lui servir mille ricochets

***

Durant l’été les anges se nourrissent de neige.

Autrefois on en trouvait dans les épiceries ;

Elle avait le goût de la meringue…

Vous n’aimiez pas poser pour des photographies.

Je récitais les poésies

Que nous écririons plus tard

Sous une ombrelle

Ou en marge des menus

A l’opéra.

On se surprenait sous les draps

Quand le lit filait à toute allure

Vers ce qu’il convient de nommer :

Le pôle chéri par la chevelure.

***

Rien n’est plus pratique pour qui n’a rien à dire que de « biser ».
A bientôt, bise
A plus, bise
On se rappelle, bise
Prends soin de toi, bise
Délicates formules virgules qui ourlent nos robes du dimanche
Délicate politesse des indifférents
Il n’y aura pas une tache sur la robe car elle n’ira jamais trainer dans le ruisseau
Ni sauter à cloche pieds chez le voisin.
Elle restera jambes croisées sur la chaise familiale où chacun se claque un baiser léger
D’une lèvre froide.

***

Elle chante et change autour de nous le jour en nuit.
Soleils de cuivre et souffle chaud des voix
Dehors le froid !
Le monde, fou, tourne dans sa cage. Une planète argentée la double.
Le ciel est mouvant comme une eau vive. Plafond de verre.
Nous voici minuscules tout au fond d’un regard.
Les lumières dansent et sèment des yeux multicolores au bout de nos orteils.
Le monde est fou et nous, tenant bon la barre, amorçons la dernière ligne droite.
Une forêt de bras surgit de nulle part.
Nous voici poucets ridicules. Teint verdâtre. Rythme de la houle.
Submergés nous coulons, allongés sous la surface des ombres.
La nuit n’en finit pas. Au fracas des vagues succèdent les battements de nos cœurs.

Dans l’ordre d’apparition : Eclaircie, 4Z, bibi, Elisa. Pour le titre un peu de vous…

6 réponses sur “Le ricochet des anges sur Picasso,”

  1. Phoenixs dit :

    Nous glissons doucement, mais les ondes claires des ricochets montrent que tout n’est pas noyé.
    Et puis, il nous restera bien quelques mots sur le carnet de bal…

  2. Elisa Romain dit :

    Picasso est donc plus fort et plus rusé que les voies étranges du net ! C’est une belle surprise comme cela en est une de contempler, à cette heure du jour, le « ricochet des anges ».
    Peut-on se procurer la voie lactée dans une épicerie ? Peut-on » biser » si nos lèvres sont encore chaudes?

  3. Éclaircie dit :

    Le monde serait-il bien fou, les lèvres froides, la neige avalée par les anges, la terre prise de vertige, les poètes savent si bien chanter la poésie….écrite ce jour ..ou bien plus tard.

    Je ne vous fais pas la bise, mais vous embrasse et vous dis merci et bravo ! Restons ainsi… fous, le cœur battant !

  4. 4Z2A84 dit :

    Bravo pour ce texte dans lequel des sensibilités originales se croisent sans se télescoper…Si elles se télescopaient les étincelles qu’elles produiraient mériteraient certainement d’être recueillies et entretenues.
    Ni bises ni risettes. Une claque sur les fesses (c’est plus viril ?).

  5. Phoenixs dit :

    Un coup de vent malheureux et voilà que les anges sans fesses sont allés zépher sur le texte de la semaine dernière.
    Donc pas de fessée pour eux…

  6. 4Z2A84 dit :

    Les fesses sont faites pour les fessées, et les fesser – comme le yogi pour léviter, et l’éviter s’il fait obstacle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.