Mémé dans les bégonias ( suite)

Melle Millot détestait en vrac : les boulistes de « l’amicale de la joyeuse testostérone » qui terminaient invariablement leur partie sous son balcon, les enfants qui déchiraient le silence à coups de hurlements incompréhensibles tous les mercredis après-midi, les jeunes du samedi soir épuisant leur « chichon » sous ses fenêtres, exprès, pour la voir surgir à sa croisée, bigoudis en rang d’oignons, chemise de nuit bouclée sous le menton en galoche, chicots tremblants sur ces mots terribles « C’est pas fini de réveiller les gens à cette heure nocturne ? » , l’apostrophe déclenchant illico la réplique cinglante : « Eh, la vioque, va te faire… » Le reste classé à jamais dans le claquement sec du volet. De même qu’elle détestait les chiens et leurs crottes sur son paillasson, les chats et leurs chaleurs violentes dans les nuits trop calmes, et les voisins du dessous qui n’arrêtaient pas de recevoir tous les week-ends leur famille décomposée, recomposée, surcomposée, qu’on ne savait plus qui couchait avec qui et de qui sortait cette marmaille gluante dans le rez- de- jardin exigu. Jardins, entre parenthèses, fiertés des résidents et belle promotion : « A vendre, superbe trois pièces exposé plein sud avec son jardin privatif au calme ».
Lettre sur lettre au syndic n’oblitérait nullement la montée crescendo des vies partagées dans un esprit fraternel et sur « gazons tondus » dont Honorine Millot était totalement dépourvu, d’esprit humaniste, bien sûr.
Le fameux soir de la découverte, Honorine, contrairement à ses habitudes réglées comme un papier tue-mouches, décida de trier ses pots de conserves bios et surtout de les jeter. Elle ne sortait jamais en pantoufles, pas comme cette « Germaine Vichnu » fille de boche, préférant en coquette qu’elle était restée dans les chevilles, sa jolie paire de ballerines noires, souvenir de cours de danse assidus et stériles à la salle municipale. Les ballerines, discrètes dans l’ascenseur, feutraient le fracas des pots heurtés sans pour autant en atténuer le désagréable contact sur le fémur.
Elle ne rencontra pas le tronc à la sortie de l’ascenseur, mais près du container « papiers journaux sauf courrier et annuaires ». Il avait été déposé discrètement sous l’affichette du gardien : « Merci de respecter la propreté de ces lieux ». Tout d’abord elle crut que c’était une de ces négligences propres à Mr Poulit, la « ficanasse » de la résidence, qui avait trop tendance à laisser ses ordures là où il pouvait. Mais ce n’était pas son genre d’oublier ce type d…
On ne peut pas dire qu’elle manqua s’évanouir, bien trop coriace pour ça, elle en resta simplement sur le cul ! Qui avait osé déposer une telle horreur dans son local poubelle ? Et pourquoi le corps était-il amputé de ses membres ? Elle n’alla pas plus loin dans le questionnement et préféra remonter « biche et cheval fouettés » écrire un courrier bien senti au syndic.
Ce ne fut pas Mr Poulit qui alerta la police, échaudé par la première affaire il avait préféré prendre sa retraite dans ses appartements, ne plus sortir Folichon à des heures indues et fermer les écoutilles sur un monde décidément trop agité pour lui.
Non, ce fut Mme Geneviève Epinard qui prit la patate froide en main en appelant les secours, la police et le voisinage.
On revit par les allées frissonnantes Jeannot et Jeannot égarés dans les témoignages vides, les supputations rocambolesques, et les menaces déguisées des résidents exaspérés par l’impuissance des forces de l’ordre.
Le légiste confirma, entre deux séries télévisuelles que le tronc avait été façonné entre 20h30 et 21heures moment sensible qui ouvrait la soirée sur une formidable enquête : « Que devenues sont nos belles années ? » soirée durant laquelle on attendait volée de SMS et coups de fil surfacturés pour recueillir des témoignages historiques, émus et authentiques de vieillards grelottants dans de « mornes » plaids.
Il ne pouvait préciser si la personne, dont l’âge oscillait entre 16 et 17 ans, était vêtue d’un pantalon, d’une robe ou de quelque chose d’approchant, si les doigts avaient été vernis ou non, tout ce qu’il pouvait noter c’est qu’elle portait un chemisier marron en polyester sans étiquette, un ras du cou avec un petit cœur imitation or traversé d’une flèche tordue sans doute quand elle s’était débattue lors de l’assaut fatal. Pas de langue et les orbites vides.
Une fois de plus les résidents jurèrent qu’ils ne l’avaient jamais vue ni entrer ni sortir d’un appartement ou d’un garage, encore moins d’une cave. Que tout le monde, sans se fréquenter, se connaissait de loin. Que le peu de jeunes qui habitaient ici étaient présents à ce jour. On venait de les compter et de les recompter dans les familles inquiètes qui leur interdirent désormais de sortir la nuit après 19h00 en arrière-saison.
Les journaux s’emparèrent de l’affaire qu’ils titrèrent « Macabres découvertes dans les Bégonias » ce qui déplut profondément aux résidents des « Magnolias » et des « Palétuviers » qui en avaient par-dessus la tête que les « Bégonias » prennent toute la place au journal régional.
Pour la première fois depuis 1960, date de l’érection des résidences, on vit apparaître un individu spécialisé dans ce genre d’affaires « ténébreuses » : le mentaliste.
Mlle Millot affirma qu’elle connaissait cette profession puisqu’elle suivait la série éponyme sur une chaîne privée que nous n’avons pas le droit de citer ici. Qu’elle n’était pas du tout impressionnée par ce type d’individu qui était loin de valoir Derrick !
Mme Vichnu préféra appeler sa fille pour lui narrer l’incroyable rencontre.
Mr Poulit dut contrôler son chien qui menaçait d’attaquer les mollets du spécialiste.
Quant à Jeannot et Jeannot ils s’essuyèrent le front, soulagés d’être enfin secondés par un tel personnage doté d’une aura incontestable outre-Atlantique.
L’ennui c’est que le mentaliste ne parlait pas un mot de français, venu directement de Californie rendre visite à sa tante Mildred qui logeait au cinquième dans la résidence les « Magnolias », il avait sonné dans l’ignorance du code, dérangé le gardien suspicieux qui avait demandé « C’est qui ? » dans l’interphone grésillant avant d’appuyer sur l’ouverture après avoir entendu comme réponse : « I’am going to my aunt Mildred who live at Magnolias » qu’il traduisit aussitôt par : « Je suis le mentaliste envoyé par le quai des Orfèvres ».
La nouvelle se propagea à la vitesse d’un « cheval au galop à marée haute » déborda des allées, se répandit par ondes courtes jusqu’au commissariat, à la mairie et dans les cabinets feutrés de la sous-préfecture.
En moins de deux heures les résidences étaient envahies par les officiels, les officieux, les curieux et la chaîne locale sur les dents. Tous voulaient voir et interviewer Patrick Jane.
De fil en anguille l’affaire se corsa. La nuit la plus épaisse posa son manteau sans étoiles cirées sur les protagonistes qui erraient de confusions en malentendus dans le labyrinthe particulier du meurtre anonyme, étrange et saisissant de mystère.
Les enquêteurs s’emmêlèrent les arceaux, brouillèrent les indices, usèrent des mouchoirs en vain. Sous les fronts moites le silence souriait.
On n’y comprenait rien, on n’y voyait goutte, et Patrick Jane en déçut plus d’un par l’air niais qu’il prenait à chaque question que lui posait un habitué du meurtre à sang froid.
On attendait que le gouvernement prenne le traineau et les rennes en main.
C’est à ce moment-là que Mme Robert, infirmière de nuit proche de la retraite, en rentrant au petit matin de son denier service de la semaine, buta dans quelque chose qu’elle prit tout d’abord…

3 replies on “Mémé dans les bégonias ( suite)”

  1. Éclaircie dit :

    Absolument irrésistible. Pas un détail qui ne soit soigneusement mis en scène. Jeux de mots aussi inventifs que drôles.
    Merci Phoenixs …de nous régaler avant le réveillon !

  2. 4Z2A84 dit :

    Contre quoi…contre quelle nouvelle victime du tueur sadique (un équarrisseur licencié de son abattoir pour faute professionnelle : trop de zèle ?) madame Robert, infirmière en nocturne, se heurte-t-elle ? Encore une jeune fille à qui manqueront, entre autres, la langue et les yeux ? En cette époque (la nôtre) festive, les yeux remplaceraient (dit-on) avantageusement les huîtres. La langue on peut la servir avec une sauce sophistiquée dont Honorine Millot garde secrète la recette comme une actrice cache aux yeux de tous le minuscule bouton qui orne une aile de son nez. Je soupçonne Folichon le chien de monsieur Poulit d’en savoir plus qu’il n’en aboie sur ces atrocités. Quant à Patrick Jane venu d’Amérique comme autrefois Eddie Constantine dans le rôle de Lemmy Cochon, tiendra-t-il jusqu’au bout son rôle d’incapable ?
    Les questions fusent. Tu tiens en haleine tes lecteurs comme la dynamite dont la mèche s’enflamme transmet à ses victimes une puissante décharge d’adrénaline avant son explosion.
    Mille fois merci. J’attends la suite – en bavant.

  3. Elisa-R dit :

    Rhaaah! Et moi qui dois attendre le bon vouloir d’une connexion internet pour lire ! J’adore cet univers et votre écriture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.