Le masque de l’éolienne,

On nous arrache notre masque

Il n’y a rien dessous

Qu’un lointain paysage

Dans le cadre d’une fenêtre

Dont les rideaux sont partagés

Entre occulter le jour

Et permettre à la lune d’entrer

Mais notre chambre est en désordre

Le lit défait

Même nos yeux changent de place

Quand nous tournons la tête

Pour regarder ailleurs qu’à l’intérieur

Naître d’autres nuages.

******

D’éolienne en éolienne
Le vent joue à saute-vallées
Et si les collines déplorent
Ces arbres nouveaux sans racines
Sans mémoire ni humus pour les nourrir
Les forêts espèrent ne plus avoir
De branches arrachées
De feuilles envolées bien avant la saison
Et qui sait peut-être un jour
Les grands bras sans cesse mouvants
Enlaceront la terre et l’entraîneront dans cette valse
Lumineuse et sonore comme avant toute vie
Lorsque les éléments maîtres de leurs gestes et pensées
Dessinaient les voûtes de cathédrales englouties
*****
Cher(e) Y,X,

Tu vois, nous avons bien fait de ne pas t’inviter
Chez nous
Il n’y a rien à voir ou si peu que le voyage n’en vaut pas
La peine
A moins que ce ne soit le jeu qui n’en vaille pas
La chandelle
Nous t’aurions mis à table sans chaise ni couvert
Lumière
Chiche plats rares et desséchés conversation
Éteinte
Que serais-tu venu apprendre de ce monde servi
Sans raison ?
*****
Batteries,

Ils opinent de la tête qu’ils portent sous un bras
Comme s’il s’agissait d’un ballon
Un sourire dans la poche ils se reposent
Des kilomètres parcourus dans la semaine
Et dans toutes celles qui ressemblaient à la même semaine
Lumières
Brouillards
Joie des neiges au fond des vieux cœurs endurcis
Assis sur leur bagage de terrien pour un temps
Ils contemplent le paysage jusqu’à s’y enfoncer
Jusqu’à devenir pour les autres cette route d’hier

Fil d’acier tendu à portée des possibles

4 commentaires sur “Le masque de l’éolienne,”

  1. Phoenixs dit :

    Pour le titre 4Z et Éclaircie ont chapeauté ce long texte de tête en tête, de lumière en possibles de grands bras qui enlacent les nuages fœtus dans un monde qui perd et sa raison d’être et son sens du devenir…
    Un Zephe d’Avent

  2. 4Z2A84 dit :

    On trouve de tout dans ce PPV – sauf des banalités. Est-ce à dire que ses auteurs refusent l’ordinaire ? Est-ce à dire qu’ils se démarquent du commun des mortels et que pour les comprendre il ne suffit pas de savoir lire ? On lisait, en 1968, écrits à la craie sur les murs, ces mots : « L’imagination au pouvoir !  » – dans les PPV du Zephe, elle y est.

  3. Éclaircie dit :

    Le masque tombe de la tête portée sous un bras. Et tandis que l’invité ne l’a pas été, les cathédrales s’engloutissent sous les routes de nuages.
    Tout est possible à Zephe. Sa raison déraisonnable est une suite de paysages, conservées dans des chambres blotties dans les bras de la Lune.

  4. Elisa R dit :

    ZEPHE est un monde qui ne vit nulle part ailleurs, chaque vendredi (ou samedi) on arrive au bout, on pense que tout est dit, que plus rien ne sortira de nous, que rien, jamais, ne sera aussi beau, original, bizarre…Et puis, ZEPHE invente ce qui n’existait plus, dessine des horizons parcourus de masques incroyables, d’arbres de métal blanc.
    Et, même si nous n’étions pas invités, nous avons bien fait de venir, que cela soit hier ou demain.

Répondre à Éclaircie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.