De carafe en voilier

 

De carafe en voilier,

 

 

C’était bien la peine de nouer tes petits mots dans un papier

Océan

Ruban dans les cheveux des vagues

Ecrémées

Envoyés au fil du verre loin vers des bras de

Mer

Ils ont filé voyous sur les écailles de sirènes

Muettes

Avalés en sourdine perdus dans leur ventre essoufflé

Ils ne disent plus rien de toi

C’était bien la peine…

 

Nous n’écoutons le vent que lorsqu’il reproduit

Nos plaintes – sur son souffle ondoient des notes tristes

Comme sur la portée quand le musicien pleure

De trancher son violon dont les cordes résistent

Et d’où le sang finit par s’échapper.

L’archet

Le pur archet se change en scie – nous la voyons

Menacer l’arbre et l’ombre à laquelle on se fie

Pour rêver quand les fées font de notre sommeil

Un écran que le film de leurs exploits occupe

De midi à minuit.

L’arbre n’est plus le même

Ni les nids réquisitionnés par l’aviation.

 

Il lui faut investir chaque parcelle de chair

La faire sienne pour envisager

De prendre la route

Sans laisser ce corps décider l’immobilité

Dans le grand miroir qu’est l’étang

Après la descente caillouteuse

Rien ne lui dit qu’hier ou demain ne seraient pas possibles

Comme tous il rentre les joues rosies par l‘air vif

Si son silence semble trouble

Il aura laissé s’exprimer ses empreintes dans la vase

Plutôt que dire ce que personne

Jamais ne lui a appris.

 

Les mots d’un autre

A saisir, à pleine bouche.

Sable compact épongeant l’hémorragie

De mes dérives cérébrales

Etouffant les sons à la source,

Ou presque.

Les mots d’un autre pour créer du silence

En moi.

Et contempler le jour qui s’installe

Avec ses particules d’autres jours

Mémoires de moments heureux.

 

Par :

4Z-Élisa-Phoenixs-Éclaircie

Le titre revient à Phoenixs inspirée par Éclaircie elle-même inspirée par Phoenixs, 4Z, Élisa…

 

7 replies on “De carafe en voilier”

  1. Elisa Romain dit :

    Et nous voguons, le sang du vent en nous, témoin des silences qui troublent, des mots qui se taisent et, peut-être, des moments heureux aussi.

  2. phoenixs dit :

    De carafe en voilier, de joues rosies en pur archet, les notes courent de nous à tout…

  3. Éclaircie dit :

    Lorsque l’on laisse parler le vent, le sang, les sirènes pourtant silencieuses, l’archet et l’arbre qui l’a fait naître, nos mémoires s’expriment avec ou sans nos consentements.

  4. 4Z2A84 dit :

    On a enfin pris le temps d’écrémer les vagues ! Ainsi les « petits » déjeuners pèseront moins. On n’apprend de personne les mots d’un autre.

  5. phoenixs dit :

    Rien de tel qu’une petite mousse pour savourer l’écume…

  6. Brindille dit :

    Jeter une carafe à la mer est une bonne façon de communiquer à travers les océans ..

    j’aime votre quatuor au pied marin

  7. Éclaircie dit :

    Et que dire d’une « Brindille » près d’un voilier ? Délicieux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.