belle passante

BELLE PASSANTE

La chaleur d’un regard, la beauté d’un visage
Rallument mille feux dans un cœur endormi
Et ces traits colorés lui font un paysage
Qui dans le noir des nuits se perd à l’infini.

Crépuscule soudain, qui reste une illusion
Il passe sans regret au fil de l’aventure
Profitant des plaisirs, nageant vers l’horizon
Il demeure pour nous, un rêve sans mesure.

Aurore d’un matin qui flotte dévêtue
Sur l’océan d’un lit aux vagues déferlantes
Elle file tout droit, quitte notre avenue
En nous laissant bien seul, les jambes pantelantes.

Espoirs de ces moments, songes sans avenir
Sur les rives du cœur vous demeurez distante.
Vous ne serez demain qu’un vague souvenir
Que le désir m’offrit par vous belle passante.

 

jc blondel

3 réponses sur “belle passante”

  1. 4Z2A84 dit :

    …. » Une femme passa, d’une main fastueuse
    Soulevant, balançant le feston et l’ourlet

    Agile et noble, avec sa jambe de statue.

    Un éclair…puis la nuit ! – Fugitive beauté
    Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
    Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ? »

    Baudelaire : « A une passante ».
    .
    Impossible (?) de faire mieux que l’auteur des « Fleurs » sur un tel sujet. Ceci dit, j’aime beaucoup ton poème – peut-être un de tes meilleurs.

  2. 4Z2A84 dit :

    Ne faut-il pas accorder « rallume » avec chaleur et beauté ?

  3. jc-blondel dit :

    merci du compliment pour un texte ressorti du placard en triant quelques textes pour en faire un recueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.