d’Alain Bosquet…

d’Alain Bosquet :

« …de quoi est fait mon discours ? C’est toujours le même : je meurs, je meurs encore, je suis étonné de ne pas mourir tout à fait. Le reste est merveille verbale : des iguanes qui deviennent prophètes, des îles qu’on épouse, des cailloux qui ouvrent un parlement pour discuter de l’avenir humain. Mes vérités profondes sont dans mes mots : je devrais dire que moi, minuscule vérité de chair, j’ai ma place sans un langage immense. Ce que je suis est inutile à ce que j’écris. Le poème invente son poète. Le lecteur continue le poème. Le lecteur invente le poète. Ce malentendu est riche. Je peux, je dois me répudier. »

Alain Bosquet (« Faute de portrait », en préface au livre que lui a consacré Charles Le Quintrec en 1964).

One reply

  1. Éclaircie dit :

    Tu nous régales, aujourd’hui, 4Z !
    Ah ! Comme certains poètes savent dire. En plus de nous offrir leurs poèmes, ils ornent toute vie, tout acte, tout instant de poésie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *