Le Temps mesuré par les Vagues.

Le temps mesuré par les vagues.

 

L’océan accueille la barque

Choisit de l’entraîner

Plus loin que tous les sillages connus

Là où les vagues se creusent

Libérant des chants qui s’incrustent dans le bois

La chaîne d’ancre brisée par la volonté

De l’embarcation

Afin de connaître le voyage entre la couleur et le vide

La voile à demi repliée caresse les paysages enfouis

Un jour

Éparpillée entre les plus hauts fonds

Et le pied des falaises géantes

Elle offrira les clés de l’histoire de l’eau

 

…On se regarde et l’un

Des deux baisse les yeux le premier. Puis on parle

Du pollen des flocons des cendres en voyage

Et de la pollution dont se plaignent les eaux.

La mer entre à son tour dans la conversation

Une vague viendra plaider devant des juges

Une vague nourrie de livres lus à bord

D’un paquebot perdu entre deux continents.

On s’ennuie sans boussole à consulter ni vent

A qui demander : D’où viens-tu ? Vers quel rivage

Crois-tu pouvoir voler sans marquer une pause ?

 

Un été ci et là,

2014, outre la mémoire en tranchées, ce fut l’envol de quelques uns, le sauvetage de quelques autres, et l’été avec les chats.

 » Indolents compagnons de voyage « , les yeux pleins de songe.

Nous revoilà avec Marcel, Virginia, Colette et leurs jardins dans la pénombre de l’oubli poudré.

Les siècles se chevauchent entre deux volets.

On s’arrête de feuilleter un magazine contemporain.

On regarde passer les voiles sur la tête féline qui joue à cache-cache avec le temps.

Le vent léger pousse sa chanson reconnue.

2014, outre les guerres qui labourent avec obstination la vie des hommes, les cris de joie et de douleur, les fêtes à deux balles, la saturation de l’air, les  » merveilleux nuages  » continuent d’alimenter le couchant, avec une petite tache automnale qui nous rappelle l’autre côté de l’instant…

A Héliomel

 

Aux commandes :

Eclaircie, Phoenixs, 4Z2A84.

5 replies on “Le Temps mesuré par les Vagues.”

  1. 4Z2A84 dit :

    Entre Colette et Proust, Clarissa Dalloway, une vague venue d’Angleterre.
    L’eau et le temps mariés accompagnent les poètes sans leur quête du bonheur.

  2. Éclaircie dit :

    Les vagues, le vent, s’ils nous entrainent toujours plus loin sur les ondes de la poésie, nous rappellent aussi des étés d’ici ou d’ailleurs et des voix qui pour nous ont compté.

  3. phoenixs dit :

    Trois  » canards  » avec leurs pattes pour ce fil de l’eau voiles affalées, comme des guetteurs ou des témoins.
    La boussole n’indique pas grand chose, les questions se perdent au pied des falaises, les voyages continuent avec ou sans équipage.
    Trois  » canards  » mais pas un couac !

  4. 4Z2A84 dit :

    correction :  » …DANS leur quête du bonheur. » et non « …SANS leur quête du bonheur. » (il était là le couac).

  5. phoenixs dit :

    Quoi que… » sans leur quête de bonheur » n’est pas mal non plus si l’on en reste à ce que vivent les hommes, ainsi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.