Un poème de Max Elskamp.

Un poème de Max Elskamp :

.

« Or bleu disant l’août

Au commun des jours,

Corneilles qui rouent

En haut sur la tour,

.

Puis l’heure sonnant

Partent sur leurs ailes,

Quittant les auvents

Crier dans le ciel,

.

Comme de gros mots

Plus aigres qu’airelles

Dits tout en voyelles

Suivant leur argot,

.

Corneilles peu sages,

Et même un peu folles,

Vivant en veuvage

Et qui s’en consolent,

.

Dans le ciel en blond

Sur le prieuré,

A tourner en rond

Autour du clocher,

.

C’est de choses vues

De les raconter,

Dans le soir venu

Leur rancune allée.

.

Mais nuit qui se fait

Sur le monde rouge,

Où plus rien ne bouge

Dans le jour allé,

.

Qu’or dans le ciel nu

En l’air qui voyage,

Lors de commérages

Mégères repues,

.

C’est corneilles tues,

Au clocher rentrées,

Que le hibou hue

Dans l’ombre montée. »

.

Max Elskamp

« La Chanson de la rue Saint-Paul et autres Poèmes » (1922)

.

 

 

 

3 réponses sur “Un poème de Max Elskamp.”

  1. 4Z2A84 dit :

     » L’âme que je perçoive la plus transparente est la vôtre et sur cette verrière, autrement que des motifs à coloration et chatoiements vains, se figure…candidement comme le chant d’enfants primitifs ou la rêverie elle-même directe, y adhérant pour seule voile et toute blancheur… » Stéphane Mallarmé à Max Elskamp.
    .
    « Je vois à présent, d’une façon confuse, il est vrai, une vie secondaire, où nous serions moins nous-mêmes, plus éparse et moins consciente que celle-ci, et pour moi, je crois fermement que je deviendrai de l’eau qui coule, rien que cela, avec tout l’organisme intérieur de l’eau et cette merveilleuse inconscience d’obéir à se répandre, sans plus. » Max Elskamp.

  2. Elisa-R dit :

    Je ne connaissais pas Max Elskamp et j’apprécie ce poème qui semble posé sur un fil.

    Merci 4Z .

  3. Éclaircie dit :

    Merci du cadeau, un ton léger, un brin d’humour, une connaissance de la nature, le sens du rythme et voici un poème bien agréable à croiser.

    Lorsque les poètes évoquent les poètes ou la poésie, ils nous offrent de bien belles images. J’ai adoré, évidemment, la phrase de Max Elskamp que tu cites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.