« Mes occupations » par Henri Michaux.

« Je peux rarement     voir quelqu’un sans le battre. D’autres préfèrent le monologue intérieur.     Moi non. J’aime mieux battre.     Il y a des gens qui s’assoient en face de moi au restaurant et ne disent rien,     ils restent un certain temps, car ils ont décidé de manger.     En voici un.     Je te l’agrippe, toc.     Je te le ragrippe, toc.     Je le pends au portemanteau.     Je le décroche.     Je le repends.     Je le décroche.     Je le mets sur la table, je le tasse et l’étouffe.     Je le salis, je l’inonde.     Il revit.     Je le rince, je l’étire (je commence à m’énerver, il faut en finir), je le     masse, je le serre, je le résume et l’introduis dans mon verre, et jette ostensiblement     le contenu par terre, et dis au garçon: «Mettez-moi donc un verre plus propre.» Mais je me sens mal, je règle promptement l’addition et je m’en vais. »

Henri         Michaux

extrait         de « L’Espace du Dedans »         Poésie-Gallimard

3 replies on “« Mes occupations » par Henri Michaux.”

  1. 4Z2A84 dit :

    De Michaux voici un texte bien connu. On le relit toujours avec plaisir (tant mieux ou tant pis s’il dérange un peu).
    Michaux : un écrivain admirable, l’un des plus intéressants – des plus surprenants – des plus fascinants – du XXème siècle. Le livre de lui que je préfère : « Ailleurs ».

  2. Éclaircie dit :

    « Surprenant-fascinant » : deux adjectifs qui conviennent si bien à Michaux, tu as raison.

  3. oulRa dit :

    En voilà un qui triture avec vigueur toutes les inventions des Michaux qui peuplent sa tête.
    Une langue et des mondes qui ne sont qu’à lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.