qu’il nomme quelque fois

QU’IL NOMME QUELQUE PART

 

Sur la plage, un enfant promenait son regard

Sur l’océan posant son blanc manteau d’écume

Il voulait s’en aller dans le rideau de brume

Ayant un rendez vous qu’il nomme quelque part.

 

Le phare déchirait les lambeaux du brouillard

Sous les yeux du gamin esquissant un sourire

Voyant sur l’horizon les trois mats d’un navire

Ayant un rendez vous qu’il nomme quelque part.

 

Laissant courir la nuit, ses routes du hasard

Il monte en haut du mat déclenchant sa grand voile

En suivant sans regret son chemin son étoile,

Ayant un rendez vous qu’il nomme quelque part.

 

Sur la plage un enfant promenait son regard

Ayant un rendez vous qu’il nomme quelque part.

jc blondel

2 commentaires sur “qu’il nomme quelque fois”

  1. Éclaircie dit :

    Bonjour JC Blondel

    « Voyant sur l’horizon les trois d’un navire » : ne manque-t-il pas un mot dans ce vers ?

    Du mystère autour de ce « quelque part » et bien sûr l’océan et le voilier pour inviter au voyage qu’il soit réel ou en songes.

  2. jc-blondel dit :

    les mats etaient resté dans le clavier
    qui n’a pas eu envie de partir alors qu’il etait assis sur les galets (la normandie) de la plage
    merci pour le coup d’oeil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.