Des rêves en 4D par 5 de ZEPHE.

Des rêves en 4D par 5 de ZEPHE.

.

Décider du sort de la hallebarde serait facile s’il ne plaisait pas tant au ciel de s’effondrer. Alors l’homme enfile ses chaussons et s’assoupit enroulé au fond d’un siège.

Les rêves arrivent aussitôt

Une jolie rouquine apparaît entre deux nuages, puis viennent les danseuses aux tutus étincelants. Quelques vagues, se sentant délaissées, fredonnent doucement et parviennent, en marchant, à l’entrée d’un canal.

Quand se lève le matin, l’homme a disparu, emporté par le flot continu des images.

Il ne reste du spectacle qu’une vieille hallebarde oubliée sur la plage…

.

Prends-moi mais ne te méprends pas

Depuis que je rêve en 3D

La chambre est trop petite

Le ciel est au ras du plancher

 

Avec sa casquette dorée de contrôleur de câlins

Elle poinçonne le cristal que je vois dans tes yeux

Un aller-retour pour transports en commun

Sur un sofa de première classe

 

Prend ma voix, prends ma main, elles ne tiennent pas de place

Dans le placard de l’encoignure, gardons nos illusions

Accrochons nos souvenirs sur les arcs de plein cintre

L’abat-jour est de travers et la lumière s’évade

.

Vague de travers,

 

On prend les mêmes et on continue

De valser

Deux par deux si lointains

Que les distances s’abolissent

“Inanimées bibelotes”

Breloques vacillantes

On prend les mêmes et on continue

De tangoter

Milliers par milliers si proches

Que les nuances spongieuses

Finissent par nous diluer

Dans un grand verre vide

Personne n’aimera la paille qui l’aspirera

En chuintant…

.

J’ai traversé des jardins interdits

Au public – les fleurs y font des bulles

Dans lesquelles on lit les paroles sans suite

Les mots portés par des virgules.

Du kiosque abandonné squatté par les statues

S’échappent les notes d’une musique

Triste comme un nuage arrêté

Pour excès de vitesse au-dessus de mon toit.

Ce toit j’en peins les tuiles

Aux couleurs des roses rouges

Dont les pétales pressés donnent une liqueur

Servie le soir autour d’un feu de cheminée

A des créatures gracieuses

Qu’un joint métamorphose.

Flammes et fleurs chargent-elles leur rôle ?

.

Sous les chapeaux parfois

Ne se trouvent non pas des têtes

Mais des idées nues

Elles s’agitent comme poissons pris au piège

Dans quelque filet réservé

Aux provisions que les ménagères harassées

Rêvent de voir avancer seules

Monter les étages ou se ranger dans les celliers

Tandis que ces femmes prendraient des poses languides

Sur un bord de la nuit

Pour des peintres de l’invisible

.

Les 5 :

Eclaircie, les jardins de la lune.

Elisa, le toit de la lune.

Héliomel, les ardoises de l’air.

Phoenixs, l’œuf de profil.

4Z, le sucrier volant.

.

13 réponses sur “Des rêves en 4D par 5 de ZEPHE.”

  1. 4Z2A84 dit :

    Comme le suggère le dernier vers l’invisible est ici peint. J’ajoute que l’œil y trouve son content et l’imagination sa nourriture.

  2. phoenixs dit :

    Bigre, il y en a des tuiles dans le cabas des ménagères volant au-dessus d’un nuage sans tête !
    Ras la vague les poses alanguies défient des pinceaux tombés d’une statue.
    Tout cela vole, dérape, s’accroche comme il peut à l’ultime liberté des êtres : plumer l’angoisse et la rôtir à la chaleur d’une création dernière…

  3. Elisa-R dit :

    Porte ouverte à l’imagination : je change de tête et j’arrive !
    Délicieusement loufoque ce Zephe me remet les idées en place!

  4. heliomel dit :

    Le S est resté dans le clavier, dès que je le retrouve, je le reprends!
    Un vrai bonheur ce vendredi , je traverserais bien le jardin avec cette rousse mais je crains la tuile, surtout que ce soir il y a du zeph…

  5. Éclaircie dit :

    Je savoure sans compter, en toutes dimensions.
    Les murs de cette chambre ouvrent sur un canal où statues et fleurs repoussent la paille pourtant multicolore ou invisible.

    Un fameux vendredi, bravo les amis !

  6. Éclaircie dit :

    Les rôles que tu nous attribues sont si beaux que je veux jouer l

  7. Éclaircie dit :

    oupss…

    que je veux jouer ..la pièce à l’infini.

  8. Elisa-R dit :

    L’infini, en combien de dimensions ?

  9. heliomel dit :

    les dimensions de mon chauffe eau, ça irait? je sue sang et eau, je suis obligé de scier le bati de la porte pour le faire entrer à sa place, dans la cave, alors ne me parlez plus jamais de dimensions!

  10. Elisa-R dit :

    Héliomel en salopette de travail…ne serait-ce pas la quatrième dimension ?

  11. Heliomel dit :

    Salopette, j’aime pas trop, je préfère vieux jean…
    Pour me calmer, je viens juste d’écrire une petit nouvelle que je vous livre brute de décoffrage, tant pis pour les fautes, faut vous habituer.
    Je précise que c’est une fiction parce que…

  12. Heliomel dit :

    Quand on lit ce texte, on a vraiment du mal à croire que cinq mains l’ont écrit, non?

  13. phoenixs dit :

    Mais pas comme des pieds…;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.