Ecrire son nom sur le sable

 

 

Derrière le blanc des fenêtres des paysages s’allument

Chaque soir la pensée s’éveille ébahie de lumière

Peu importe les paroles déplacées, les glissements vers le néant.

L’imaginaire se loge dans ces intervalles

Voyageur invisible sur les ailes bleues des papillons éphémères.

Infatigable rêveur, inlassable faiseur de sourires.

Des chevaux colorés gambadent sur le souffle

Rieur du vent froid de saison

Des rubans de souhaits s’envolent vers l’oubli

Comme des feuilles brûlées

Jouant à s’élever au plus haut vers le ciel

Ce ciel bleu délavé et livide

Assoupi paisible sur l’épaule du printemps.

***

Tu prends ton baluchon, garnement des étoiles

Un pied au ciel, une main dans les nuages

A narguer les vents contraires

Tu finiras pas rire des orages inutiles

Qui n’en finissent jamais de noircir les trop sages

Sous le préau des lunes, le salopiot sourit

Et l’éclair de la vie tranche les armes de la nuit…

***

Ecrire son nom sur le sable

Pour que le vent se lève et l’efface

Comme sur le tableau noir

Le nom de l’instituteur : Dupont,

Ducon dans la langue des écoliers…

Les livres s’ouvrent et s’envolent

Avec leurs auteurs anonymes.

On ne se souvient plus de rien.

Mettre un pied devant l’autre

Nul aujourd’hui ne l’ose

Sans prier des dieux absents :

Que le poids de mon cartable

Ne m’entraîne pas hors du film !

***

La lune est cet accent grave

Dans le ciel léger du matin

Les forêts dodues

Gorgées d’eau

Tendent leurs feuilles

Comme autant de mains

Saisissant l’instant pour l’offrir

A l’ombrage depuis toujours aveugle

Le soleil hésite à percer le mystère des sous-bois

Et reste campé sur un arc qu’il escalade

Tandis que le ruisseau retient l’empreinte de la nuit

Et grave sur ses galets le silence de l’aurore

 

Elisa, Phoenixs, 4Z, Eclaircie

 

8 réponses sur “Ecrire son nom sur le sable”

  1. Éclaircie dit :

    Le titre est offert par 4Z, le montage par Phoenixs et je me suis régalée à vous le donner à lire.

  2. phoenixs dit :

    Heureusement que votre art permet aux mots de sortir de l’ombre sinon où en seraient-ils ?

  3. Elisa Romain dit :

    Vendredi s’anime et prend corps : merci à vous trois pour cette écriture partagée.

  4. 4Z2A84 dit :

    C’est gentil de placer le premier vers de mon texte en titre…Mais pourquoi le supprimer de mon texte ?!
    Il faut donc lire :
    « Ecrire son nom sur le sable
    Pour que le vent se lève et l’efface… » etc
    A part ça on est encore en présence d’une composition fascinante à 4 voix ou mains.
    « Les chevaux colorés gambadant sur le souffle rieur du vent… », « L’éclair de la vie qui tranche les armes de la nuit… », La lune accent grave », « Les forêts dodues », « Le soleil hésitant », « Le silence de l’aurore »…entre autres merveilles…Magie de l’écriture des poètes authentiques.

  5. Éclaircie dit :

    Modification apportée. J’ajoute aux « merveilles » : »Les livres s’ouvrent et s’envolent ».
    Un ton léger et rieur, cette semaine, la poésie aux portes des vacances et de l’été, au charme toujours renouvelé.

  6. phoenixs dit :

    Mes excuses à 4Z pour avoir amputé son texte 😉

  7. 4Z2A84 dit :

    « J’ai vu une boîte aux lettres sur un cimetière. » Xavier Forneret (1809-1884).

  8. Heliomel dit :

    Ecrire son nom sur le sable c’est dangereux. En Australie on a retrouvé des empreintes de mains et de pieds pétrifiés vieux de milliers d’années, alors gare au percepteur si vous prétendez avoir passé vos vacances à Palavas-les-flots et qu’on retrouve votre nom du côté de Darwin:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.