l’assiette vide et son modèle

Le portrait s’échappe du cadre

Et son modèle nous parvient

Mais pour l’entendre il faut avoir

L’oreille aussi fine qu’un fil

Surtout quand il ne parle pas

Ou trop bas pour des parents sourds

Je te reconnais au silence

De tes pas le long d’une route

Qui ne nous mène nulle part

Je t’ai peint ou photographié

Pour voir ton double me sourire

De mon sourire énigmatique

Car nous nous ressemblons au point

De partager la même toile

Et le même regard d’aveugle

Dont les yeux parcourent le monde

.

La rivière est surprise de ce nouveau galet

Allongé dans son lit

Elle n’imaginait pas que la caresse puisse

Le parer de la teinte assortie à son onde

Il brille du reflet

De l’arbre avant qu’il ne s’enfeuille

Il offre l’éclat du regard

De l’animal désaltéré

Et préserve la nuit  la douceur de la lune

Que l’eau retient et mêle au chant

Dont le ciel s’enivre aux matins océans

.

 

Voilà, à force de rogner les ailes aux poules d’eau on a fini par les clouer au sol.

Essaie, toi, de survoler le fumier en agitant tes moignons !

Ah, on est loin des « ailes de géant »…

Les océans plombés étouffent les petits vols.

Les mains agitées écument les trous d’air laissés par leurs mirages.

Essaie, toi, de brasser le temps sans espérance !

La maison ne fournit ni canne, ni rame

Vogue comme tu peux sur les vers infinis

Que tes bouts de papier porteront sans génie

Au bout de tout

Et feins d’avoir encore faim de vivre devant ton assiette vide.

.

 

Toi qui croyais entendre la mer

Au travers de faux sillages

Tu n’es qu’un marmonneur

De mots sans suie

 

Mais quand sur  la scène du théâtre marine

L’écume resplendissante rejoint les nuages

Tes pauvres rimes se noient sans voir le soleil

Les algues mouvantes les emportent

 

Que reste-t-il de tes écrits glauques

De tes parchemins de pacotille

Grattés par le sable rageur

Rien qu’un médiocre palimpseste

 
Finalement tout redevient

.

La lune installée dans un hamac de fortune

Invente chaque nuit de nouveaux noms d’ étoile

Elle transmet sa passion au soleil

Qui tout le jour est absent

Depuis qu’ il apprend la science des échecs

Aux sombres perturbations natives des pays froids

.

Sous un arbre grelottant et dépourvu de feuilles

Cinq poètes munis de parapluies ou de lainages douillets

Tirent une langue démesurée en dessinant quelques signes

A l’aide d’un clavier parfois récalcitrant

.

La grenouille amusée sort de son bocal

Elle annonce une pluie de chocolat pour la fin de semaine

Et un vendredi rayonnant sur poésie fertile

Ont participé:

Eclaircie

Elisa

Phoenixs

4Z2A84

Heliomel

 

 

6 replies on “l’assiette vide et son modèle”

  1. Éclaircie dit :

    Kaléidoscopes de portraits, mystère et auto-dérision. Par bonheur le poète aime le chocolat pour le réconcilier avec ces temps maussades ou fuyants. Et l’eau sculpte les galets (pour la grenouille !)
    Bonnes Pâques à tous.

  2. heliomel dit :

    tirer une langue démesurée chez les Maoris, c’est une façon de se dire bonjour, comme quoi…

    Bonnes fêtes de Pâques également, des cloches, des poissons, des nids douillets et un peu d’espoir

  3. Elisa-R dit :

    De l’espoir pour emplir les assiettes vides…Bon, pas seulement . De l’espoir pour ce qui est plus important. En attendant, « L’assiette vide et son modèle » rendent l’humeur assez joyeuse, non ?

    Bonnes fêtes de Pâques à tous, je penserai à vous demain.

  4. phoenixs dit :

    Astucieux hors- d’oeuvre comme entrée dans cet assemblage  » que je trouve particulièrement bien mitonné…
    Gageons que les cloches de retour rendront un son ouaté 😉

  5. 4Z2A84 dit :

    Bravo à chacun et à tous ! J’aime cette rivière, je plains ces poules qu’elles soient d’eau ou au pot, je partage le sort des rimes noyées, je joue aux échecs avec des perturbations…

  6. phoenixs dit :

    Textes pour poissons volants 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.