Depuis que j’ai une tête de pied

.
.
.
Depuis que j’ai une tête de pied
je trouve que le monde a changé…

Je tire sur l’opercule de l’ouverture si facile,
mets la barquette au micro-onde à gigoter dix huit secondes.
Digne !
Je hume le fumet fossile qui s’en échappe gracile.
Du « Velouté de cœlacanthe et son écrasé d’
E quatre cent trente » à mélanger aux aromates
(trois goûts au choix).

Comme il y en avait bien pour deux
je t’en ai proposé un peu
tu m’as même dit « Persil plat ! »,
et dans la pièce d’à côté
il y a un petit qui n’a pas mué
qui chantonne dans son enclos
un air de rien de Claude Françoés.
.
.
.

5 commentaires sur “Depuis que j’ai une tête de pied”

  1. Heliomel dit :

    Acheter de toute urgence une paire de lacets pour cette tête de pied, laisser pendre aux oreilles, attacher des persifleurs aux feuilles d’acanthe, servez chaud. miam miam

  2. Phoenixs dit :

    Un monde vu d’ailleurs sans cors aux oreilles ni lobes aux pieds…

  3. Elisa-R dit :

    Et avec opercule !

  4. Éclaircie dit :

    Pas facile la vie moderne !

  5. OulRa dit :

    Ne dit-on pas que ce sont les coiffeurs les plus al chaussés…
    ,-) L’opercule est la version polytechnicienne de bobinette & chevillette; ne laissons pas faire les designers.
    Bientôt la notice du fameux Klümök IK’A !!!

    M’rki de vos p’tits mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.