Sans la femme la terre agonise

.

Sans la femme la terre agonise

.

Sans la femme la terre agonise – le feu

Ne se contente plus de couver sous la cendre

Il détruit ce qu’il faut à tout prix préserver

Il sévit sur le faîte et n’en veut plus descendre

.

Ses flammes sans repos font des repas copieux

On signale au zénith frugal leur arrivée

Sans la femme au timon du monde les cheveux

Tombent avec les dents et les yeux sont crevés

.

Avec la femme l’eau désaltère les gorges

On chante dans les champs où rayonne le blé

Un exemple aussitôt suivi par les champs d’orge

Avec elle la ville optimise comblée

.

Sans la femme les rues perdent leurs perspectives

Avec elle flotter devient un jeu d’enfant

Les ailes des moulins cessent d’être rétives

Les vitrines refont la ronde en s’échauffant

.

Avec la femme s’ouvre un volet dans l’espace

L’ombre des chambres cède et l’aube s’insinue

Par le trou de serrure où la clé se déplace

Et délivre sans bruit le fanal de la nue

.

Avec la femme l’herbe a toute latitude

Pour pousser sur les murs des maisons caressées

Par des lueurs et l’onde acquiert la certitude

De sa propagation parmi les Fiancées

 .

.

 

4 replies on “Sans la femme la terre agonise”

  1. Elisa-R dit :

    Il fait bon être femme en ce site.

    Merci messieurs les poètes.

  2. Éclaircie dit :

    J’aime bien que ce poème évoque aussi le monde « avec la femme ».
    Bien sûr, ton monde avec Elle est idéal, et tu as raison !

    (oui, c’est beau l’alexandrin rimé)

  3. 4Z2A84 dit :

    Si Dieu existe c’est une femme.

  4. heliomel dit :

    j’aime, oui j’aime les poèmes qui sont des odes à la femme. Je ne manifeste pas aux côtés des femen mais je leur apporte tout mon soutien (gorge, évidemment)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.